France : un Congolais tue sa femme par strangulation

«Je voudrais demander pardon à mes deux filles pour ce drame. Nous avons perdu notre maman. Je l’aimais et je l’aime encore». Cette déclaration, remplie d’émotion, de Gomalu Baku arrive-t-elle un peu tard pour cet homme dont le repenti ne semble pas être la marque de fabrique? Elle survient après deux jours et demi d’audience, à l’issue des plaidoiries et du réquisitoire de l’avocat général. Est-ce sincère ou est-ce guidé par la peur de la prison? La veille, Me Guérin, avocat de la partie civile, avait fustigé «ce père qui ne s’est jamais préoccupé de ses enfants et de leur souffrance. C’est un robot totalement déshumanisé». Il y a d’abord tous ces mensonges sur son âge, le nombre de ses enfants lors de sa demande d’asile politique. L’ancien capitaine de l’armée congolaise n’a, ensuite, reconnu les faits que trois mois après la mort de son épouse. «Or, le 6 juillet 2007, Sophie Baku est bien morte par strangulation. Cela a été confirmé par les médecins légistes», a rappelé l’avocat général. Le mobile est également tout trouvé. «Il s’est débarrassé d’elle car elle était devenue un problème : elle voulait quitter son mari car elle avait peur qu’il la tue». L’avocat général a requis 20 ans de prison. Pour Me Demay, avocat de la défense, il n’y a pas de mobile. «Il n’y a aucun élément intentionnel, poursuit l’avocat. Tuer intentionnellement sa femme, ça ne lui ressemble pas. C’est un homme carré, ancien militaire, mais était-ce un mauvais mari? Les enquêtes de voisinage ne montrent pas de violences physiques ou verbales. En tout cas, elles n’étaient pas présentes au quotidien. Quant à l’amour pour ses enfants, il existe quoiqu’on puisse dire». Et de poursuivre sur le quantum requis par l’avocat général : «Ça ne correspond pas à la réalité des faits». C’est pourtant ce qu’ont retenu les jurés en condamnant, après plus de trois heures de délibéré, Gomalu Baku à 20 ans de prison pour le meurtre de sa femme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *