France : violée à 69 ans, une femme décède six heures plus tard

Il est près de 22 h, jeudi soir, dans le centre-ville de Saint-Louis (Ile de la Réunion). Dans sa case de la rue du Professeur-Henri-Lapierre, une retraitée s’apprête à se mettre au lit. Malgré la tombée de la nuit, elle trouve la chaleur insupportable. Elle laisse donc une fenêtre entrebâillée. Sans se douter une seule seconde de ce qui l’attend. Dans la rue, Omar Madi, un jeune homme de 26 ans domicilié dans le quartier de Bois-de-Nèfles-Cocos, s’en aperçoit. En état d’ivresse, il saute par-dessus la clôture et se dirige vers la maison. Il prend un vêtement pour se dissimuler le visage et pénètre dans la chambre de la sexagénaire. La gramoune est réveillée en sursaut, terrorisée par l’ombre qu’elle devine au-dessus d’elle. Elle tente par tous les moyens de se débattre mais la lutte est inégale. Elle trouve la force de hurler. Le jeune homme la maintient fermement et lui impose un rapport sexuel complet. Dans la maison d’à côté, les cris de frayeur font sursauter les voisins. Immédiatement, un riverain s’empare de son GSM et alerte les gendarmes. Les militaires de la Rivière-Saint-Louis sautent dans un véhicule et font route jusqu’aux lieux du drame. Pendant ce temps, la victime subit un véritable calvaire. Les gendarmes arrivent très rapidement. Ils pénètrent à leur tour dans la propriété et ils tombent nez à nez avec l’agresseur. La victime le désigne formellement et explique avoir été violée. Les enquêteurs procèdent aux constatations d’usage. La victime est ensuite transportée au GHSR, bouleversée. Elle est prise en charge par un psychologue, puis examinée par un gynécologue, au pôle d’accueil médicojudiciaire d’urgence (Pamju) de l’hôpital. Aux environs de 2 h du matin, les examens terminés, la victime est prise en charge par un proche et emmenée à son domicile. La malheureuse est traumatisée. Et à 4 h 30 du matin, son état de santé s’aggrave brusquement. Alertés, les sapeurs-pompiers du Tampon se rendent sur les lieux. Mais il est déjà trop tard. La victime, souffrant d’un malaise cardiaque, rend son dernier souffle. L’auteur présumé est placé en détention provisoire. Omar Madi encourt trente ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *