Fratricide à Had Soualem

Fratricide à Had Soualem

Selon les voisins, c’est une famille sans problèmes jouissant d’une bonne réputation au point que tout le monde au douar la respecte et l’apprécie. Seulement, ce qui va lui arriver choquera tout le monde.

Fatima Zahra est une adolescente de quinze ans qui commence, à l’instar des filles de son âge, à plaire aux garçons. Elle aime qu’on lui chuchote un mot à l’oreille, qu’on qui lui exprime son amour et qu’on demande à passer de bons moments en sa compagnie. A-t-elle déjà entretenu une relation amoureuse avec un adolescent? Rien n’est confirmé.

Cependant, le soir de ce mardi 18 novembre, son frère, Khaled, qui emprunte le chemin à destination de chez lui, l’a vue en compagnie d’un adolescent de son douar. Qui est-il ? Pourquoi est-elle en sa compagnie? De quoi parlent-ils ? De l’amour ? Plusieurs questions passent par la tête de Khaled qui se contente de demander à sa sœur de rentrer chez elle. Il rentre chez lui après elle, mais sans lui faire le moindre reproche. Il entre dans sa chambre sans faire de bruit. Il n’en parle même pas à ses parents. Fatima Zahra, de son côté, pousse un ouf de soulagement puisque son frère ne l’a pas touchée. S’agit-il du calme qui précède la tempête ? Tout est possible. Tranquillement, elle se plonge dans un profond sommeil.

Le lendemain matin, mercredi 19 novembre, Fatima Zahra se réveille et prend son petit déjeuner. Mais, vers 11 h, en l’absence des parents, un séisme va la secouer. Son frère, Khaled, qui perd son calme de la veille, lui ligote les mains et les pieds, saisit une ceinture en caoutchouc et commence à la fouetter hystériquement tout en lui ordonnant de ne plus jamais parler à des garçons. Fatima Zahra n’arrive pas à supporter l’acharnement de son frère.

Au bout de quelques minutes, elle succombe sous les coups. Khaled s’enfuit et va se réfugier dans un domicile abandonné de la région. Quand sa mère rentre à la maison, elle se retrouve en face de sa fille sans vie. La mauvaise nouvelle fait le tour du douar. Les gendarmes se dépêchent sur la scène du crime. Et l’enquête se solde par l’arrestation du fratricide. Vendredi, ce dernier a été mis entre les mains du parquet général près la Cour d’appel de Settat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *