Guisser : Une rumeur qui coûte la vie à un père de famille

Guisser : Une rumeur qui coûte la vie à un père de famille

Le meurtrier a précisé aux enquêteurs qu’il avait l’attention de venger son honneur souillé par son voisin. La victime disait à la tribu Ouled Sidi Bendaoud que le jeune était un homosexuel.

Nous sommes à Guisser, chef-lieu de la tribu Ouled Sidi Bendaoud, qui se situe à vingt-huit kilomètres au sud de la ville de Settat, à la direction d’El Brouj via la route régionale n°308. Vers 15 h de ce lundi 9 avril, les badauds s’attroupent autour de la scène où la reconstitution d’un meurtre va être effectuée. Un ruban sécuritaire a été dressé par les éléments de la gendarmerie royale les éloignant de plus d’une dizaine de mètres de la scène.

En effet, les habitants attendent impatiemment l’arrivée du meurtrier qui a commis son crime, le soir du vendredi 6 avril, avant de prendre la poudre d’escampette. Sa victime, A. A, âgé de vingt-neuf ans, marié, gagnait sa vie et subvenait aux besoins de sa femme et ses deux petites filles en sillonnant les souks hebdomadaires de la région avec sa brouette à deux roues en quête des clients voulant transporter leurs marchandises ou autres. Mais son cadavre a été découvert, vendredi soir, gisant dans une mare de sang, avec une grave blessure au niveau du dos. Qui a bien pu tué ce pauvre bougre ? Les gendarmes de Guisser et de Settat se sont dépêchés sur les lieux pour effectuer les premiers constats d’usage avant que le cadavre ne soit évacué vers la morgue de l’hôpital Hassan II, à Settat, afin de le soumettre à une autopsie et avant d’entamer les investigations nécessaires pour identifier d’abord l’auteur du crime. Quelques heures plus tard le meurtrier a été identifié. Il s’agit d’un jeune homme de la même région, âgé de dix-huit ans, qui a été arrêté, samedi, à Beni Mellal.

16 h a sonné quand la jeep des gendarmes à bord de laquelle il y avait le mis en cause est arrivée sur la scène du crime. Portant une djellaba traditionnelle de la région du Rif et menotté, il en est descendu. Encerclé par les gendarmes, la reconstitution du crime a commencé sous les regards des journalistes et des badauds. A ce propos, il a expliqué aux enquêteurs qu’il est entré chez lui pour saisir le couteau avec lequel il a décidé de liquider son antagoniste avant d’attendre qu’il traverse son chemin habituel pour se rendre chez lui. Dès qu’il l’a remarqué pousser sa brouette, il l’a surpris par derrière et lui a asséné rapidement un coup de son arme blanche. Après quoi, il est allé prendre un autocar afin de rejoindre quelques membres de sa famille qui demeurent à Beni Mellal. Mais, pour quel mobile a-t-il commis ce crime qui va le jeter durant plusieurs années en prison? Le meurtrier a précisé aux enquêteurs qu’il avait l’intention de venger son honneur souillé par son voisin. Ce dernier faisait courir dans la tribu Ouled Sidi Bendaoud une rumeur que le jeune était un homosexuel.

Mardi 10 avril, le mis en cause a été traduit, en état d’arrestation, devant le parquet général près la Cour d’appel de Settat.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *