Il arnaque des chômeurs en leur proposant son aide

Il arnaque des chômeurs en leur proposant son aide

Tiré à quatre épingles, un homme, trente quatre ans, rencontre un chômeur qui cherche depuis belle lurette un emploi. Tous deux s’attablent à un café situé au centre-ville de Casablanca et discutent à bâtons rompus. Tout d’un coup, la conversation prend une autre tournure lorsque l’homme propose son aide au chômeur.

«J’ai pour projet d’acheter un véhicule pour le transport de marchandises, une Honda», explique l’homme à son compagnon qui garde le silence.

Et de poursuivre: «Tu peux être mon associé si tu me verses la somme de 20.000 dirhams pour l’achat de la Honda…Tu seras le chauffeur et nous partagerons tous les deux les bénéfices».

Très intéressé par cette idée, le chômeur accepte la proposition et se met aussitôt en quête de cet argent. Il parvient, en quelques jours, à amasser la somme requise. Fou de joie, il téléphone à l’homme qui le rejoint illico presto au café où ils avaient fait connaissance quelques jours plus tôt. Ce dernier empoche la somme, et lui propose de se retrouver le lendemain pour acheter ensemble la voiture.

Le lendemain matin, le jeune chômeur compose le numéro de téléphone de son prétendu associé. Il tombe sur une boîte vocale qui lui répète inlassablement: «Votre correspondant est injoignable pour le moment, veuillez rappeler ultérieurement». Quelques jours plus tard, le chômeur se présente au poste de police de l’arrondissement de l’Hermitage. En fait, il n’est pas seul à venir déposer plainte contre le même homme. En effet, les services de police ont déjà reçu, à ce propos, deux autres plaintes contre la même personne, vraisemblablement un escroc.

La première a été déposée par un jeune homme qui rêvait d’avoir un scooter Honda SH, mais à un prix raisonnable. Notre homme qui lui promet de lui en trouver un, disparaît après avoir empoché la somme de 5.000 dirhams. Quant à la deuxième plainte, il s’agit de celle d’un jeune qui s’est fait escroqué de 5.000 dirhams dans l’espoir d’avoir un triporteur.

Les plaintes ont été transmises, par les limiers de l’arrondissement de l’Hermitage, à leurs collègues de la PJ du district de Hay Hassani-Aïn Chok. Quelques temps après que les investigations aient commencé, l’escroc a pu être identifié, repéré et épinglé. Il s’est avéré qu’il s’agit d’un repris de justice, qui fait l’objet de quatre notes de recherche diffusées contre lui par la police de Kenitra.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *