Il l’a tué parce qu’il l’a désiré

Il l’a tué parce qu’il l’a désiré

Nous sommes dans la commune d’Issaken, à cinquante kilomètres de l’ouest de Targuist dans la province d’Al Hoceima. Célibataire, Mohamed est originaire de la région. Il picolait quand il a rencontré, dans un café, un jeune homme, Ahmed. Il l’a invité à prendre un verre ensemble. Ce verre s’est multiplié par plus d’une dizaine. Les têtes ont tourné, mais les deux jeunes hommes avaient encore l’appétit de prendre d’autres verres. Ils ont continué à s’enivrer jusqu’à une heure tardive.
«Je ne peux pas aller chez moi à cette heure tardive», a balbutié Ahmed. Ahmed n’est pas originaire d’Issaken. Sa demeure était au Caïdat Beni Âmart, une région plus loin d’Issaken. Ahmed ne pouvait pas y aller. D’abord parce qu’il était tard. Ensuite, parce que la région où il demeure était très loin de celle où il était en compagnie de Mohamed. Enfin, parce qu’il était dans un état d’ivresse avancé. Mais, il devait trouver un toit dormir jusqu’à 8 h du matin. Il était déjà 4 h du matin. «Tu peux passer la nuit chez moi cette nuit jusqu’au matin», lui a proposé Mohamed sur un ton sérieux. Ahmed, qui était également dans un état d’ivresse avancé, l’a remercié de l’avoir invité chez lui et l’a accompagné. Ils sont entrés. Mohamed est allé à la cuisine. Il a porté une bouteille de vin rouge. Il a invité Ahmed à continuer l’ivresse. Celui-ci n’a pas refusé. Les verres ont commencé à tourner entre les deux. Tout d’un coup, Mohamed s’est approché d’Ahmed. Il a commencé à lui faire des attouchements. Ahmed n’a pas cru ses yeux. Il les a écarquillés. Il l’a poussé. Mais, Mohamed s’est collé à lui. Il a tenté de l’embrasser. Ahmed a reculé. Il a sollicité Mohamed de le laisser tranquille. Celui-ci s’est levé de sa place. Il a disparu. Où est-il allé ? Ahmed ne savait pas au juste. Il était certain qu’il n’était pas sorti de la maison. Puisqu’il n’a pas entendu le claquement de la porte. Ahmed a également quitté sa place. Il avait l’intention de s’enfuir. Seulement, au seuil de la chambre, il fut surpris par Mohamed qui se tenait debout, armé d’un couteau. Que voulait-il de lui ? Ahmed s’est planté à sa place. Il ne pouvait plus bouger. Mohamed lui a intimé l’ordre de retourner à la chambre. Effrayé, Ahmed ne savait pas à quel saint se vouer. Il a gardé le silence et a reculé vers l’intérieur de la chambre. «Ôtes ton pantalon… J’ai envie de toi», lui a demandé Mohamed qui semble avoir perdu tout contrôle de ses désirs bestiaux. Ahmed l’a supplié de lui permettre des sortir. Mais en vain. Mohamed le menaçait. Il a insisté pour qu’il partage avec lui le même lit. Hors de lui, Ahmed est arrivé à lui arracher le couteau. Et pourtant, Mohamed s’est abstenu de le relâcher et a tenté de le pousser vers le lit. Cependant, Ahmed semble perdre tout contrôle de ses nerfs. Il saisissait encore le couteau qu’il avait arraché à Mohamed entre sa main. Il lui a asséné un coup au niveau de son nez et de sa main droite. Il avait uniquement l’intention de le blesser afin qu’il le relâche. Toujours en vain. Et Ahmed lui a donné, cette fois-ci deux coups au niveau de sa poitrine. Mohamed s’est effondré. Ahmed a jeté le couteau sur son corps. Calmement, il est sorti de la maison et s’est dépêché aussitôt vers le poste de la gendarmerie royale. Il a avoué son crime. Les limiers sont allés vers le domicile de Mohamed. Ils l’ont trouvé corps sans âme. Le cadavre a été évacué vers la morgue de l’hôpital Mohammed V à Al Hoceima pour être autopsié. Quant au mis en cause, il a été traduit devant la justice.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *