Il ligote son patron et le tue

Il est directeur d’une société qui se charge d’importer des cadres pour photos de la Chine. Pour ne pas avoir de problème de rupture de stock, il garde la marchandise dans plusieurs dépôts à Casablanca. De coutume, il retourne chez lui quand il termine son travail. Mais, il n’a pas donné signe de vie ce jour de la première semaine du mois de décembre. A-t-il été invité chez un ami ? Peut-être. D’habitude, il avise sa famille quand il rentre tard. Pourquoi pas cette fois-ci ? Le pire est que son téléphone portable sonne sans qu’il réponde. Les recherches  commencent du siège de la société et se terminent aux différents dépôts. Finalement, le directeur de la société a été découvert au dépôt situé à Hay Tissir, préfecture des arrondissements Hay Mohammadi-Aïn Sebaâ, à Casablanca… Mais, corps sans âme. Gisant dans une mare de sang, son corps était couvert de coups d’un objet tranchant. Son ventre était à ras le sol, les mains et les pieds ligotés à une corde et un câble électrique.
Avisés, les enquêteurs de la police judiciaire de Hay Mohammadi-Aïn Sebaâ se sont dépêchés sur les lieux. En  effectuant le constat d’usage, ils ont remarqué qu’il n’y avait pas de trace d’effraction sur la porte du dépôt. Ils ont alors déduit que le (ou les) auteurs du crime étaient proches de la  victime. «Ne déclarez pas qu’il est mort. Prétendez qu’il est gravement  blessé…», a sollicité le chef de la brigade chargée de l’affaire. Une ruse qui a pour objectif de perturber l’enquête surtout si l’auteur du crime est l’un des proches de la victime. L’enquête abouti à une première piste. Un employé de la société, A.T, s’est absenté de son travail le lendemain de la découverte du cadavre. Etait-il  malade ? Peut-être. Les enquêteurs ont appris qu’il était en bonne santé. L’enquête policière s’est poursuivie. Les investigations leur  ont permis d’apprendre d’un transporteur de colis de  marchandises à bord de sa Honda qu’un certain jeune homme, A.T, s’est adressé à lui, le jeudi 4 décembre. Ce dernier lui a remis des clés et lui a demandé d’aller à un dépôt situé au quartier Drissia, de transporter la marchandise qui s’y trouve jusqu’au quartier Derb Omar et de la remettre au chauffeur d’un camion. Ce dernier se chargera de la transporter à  Rabat. Il lui a donné un bout de papier où sont inscrits le numéro de  téléphone du chauffeur du camion et le numéro d’immatriculation du  camion. Suite à ce témoignage, A.T a été arrêté. En connivence avec un ami, M.M, il a préparé le crime pour qu’il mette  la main sur la marchandise, des chèques, des sommes d’argent et la  voiture du défunt. Après quoi, il est passé à l’acte.
La voiture de la  victime a été retrouvée, exposée à la vente près d’une station  d’essence. L’auteur de crime et son complice ont été traduits, mardi  16 décembre, devant la Cour d’appel de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *