Il profite de son handicap mental et la viole

Nous sommes à la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. La salle d’audience est archicomble ce mardi du mois de novembre. Jabrane est au banc des accusés. Quadragénaire et divorcé, il clame son innocence. «Il s’agit d’un coup monté, M. le président… D’abord, c’est moi qui, le premier, ai porté plainte…», a-t-il affirmé devant la Cour qui vient d’entamer son interrogatoire. Jabrane n’a pas menti. Il était le premier à porter plainte contre les membres d’une famille qui semble l’avoir tabassé. Son certificat médical le prouvait. Seulement, le même jour où sa plainte a été déposée, une autre a été déposée contre lui par la famille qui l’aurait tabassé. Pourquoi ? Cette famille l’accuse d’avoir violé leur fille malade mentale. Et pourquoi a-t-il porté plainte ? «C’est pour induire la justice en erreur et s’innocenter…», a précisé l’avocat de la fille malade mentale. Jabrane est un réparateur des engins à deux roues. Ce cruel ivrogne jouissait d’une mauvaise réputation. Quand il se soûlait, il crie, insulte, injurie, hurle, attaque ses voisins et ne respecte personne. Il s’est marié. Mais, sa femme n’a pu passer plus que quelques mois en sa compagnie pour demander le divorce. Elle n’a pu supporter de vivre sous le même toit avec un homme irresponsable et violent.
Jabrane était dans son local de travail lorsqu’une jeune fille, malade mentale, est passée devant lui. Il l’a appelée. Elle s’est approchée de lui. Il l’a invitée à un verre de thé. Elle n’a pas refusé. Puis, il lui a demandé de l’accompagner. Elle a accepté. Une fois rentré chez lui en compagnie de la jeune fille malade, il lui a demandé de se dévêtir. Elle a refusé. Mais, il lui a expliqué qu’il ne voulait pas lui faire de mal. Il lui a préparé un repas et lui a donné à manger. Après quoi, il lui a remis un verre de l’eau-de-vie mélangé à de la limonade. Elle l’a ingurgité. Il lui a versé un deuxième verre. La jeune fille l’a bu en un seul coup.. Il lui a donné un troisième verre. Et il a commencé à la dénuder. Après quoi, il l’a violée à trois reprises. Ensuite, il l’a conduite vers la porte pour la mettre dehors. Arrivant chez elle, ses parents ont remarqué son état lamentable. Ils lui ont demandé ce qui lui est arrivé. Elle leur a tout raconté. Son père et son frère se sont rendus chez Jabrane et l’ont maltraité avant d’aller déposer plainte au commissariat de police. Jugé coupable; il a été condamné à six ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *