Il tue pour défendre son frère

Il tue pour défendre son frère

Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Portant un tricot blanc et un pantalon jean, Salem se tient devant les trois magistrats.«Salem mérite de bénéficier des circonstances atténuantes», confie à ALM son avocat sur un ton optimiste.
Issu d’une famille indigente, Salem est né en 1981. Il est le benjamin de huit frères et sœurs. Le père n’a ménagé aucun effort pour subvenir aux besoins de sa petite famille. Il espérait voir ses enfants réussir leur vie. Cependant, ses enfants ont abandonné tôt les bancs de l’école. Ils n’ont même pas franchi la troisième année de l’enseignement fondamental.
Au lieu de s’initier à un métier pour aider leur père et assurer leur autonomie, les garçons, à l’exception de Salem, passent leur temps à errer dans les rues sans objectif. Pire encore, ils consomment de la drogue. Quant aux filles, elles passent leur temps à bavarder avec les voisines.
Selon les témoignages des voisins, le tempérament de Salem est calme. Toutefois, le jour du drame, le jeune homme avait complètement perdu le contrôle de ses émotions.
Un sbire du quartier menaçait son frère aîné avec un couteau. Salem, qui s’apprêtait à rentrer chez lui, n’imaginait pas qu’il pouvait commettre un meurtre. Un crime qui risque de lui coûter au moins une vingtaine d’année de réclusion criminelle.
Affolé, Salem a saisi une pierre puis a avancé vers le sbire. Il a tenté de lui asséner un coup pour l’empêcher de poignarder son frère. Le sbire n’a pas apprécié ce comportement. Enervé, il s’approchait du frère de Salem. À ce moment, ce dernier a couru rapidement vers sa maison, a percuté violemment la porte et s’est dirigé vers la cuisine. Il saisit un grand couteau du tiroir et sort en courant. Sa mère et ses sœurs tentent de savoir ce qui se passait.
Mais en vain. Salem est dans un état hystérique. Il est sorti tout en courant vers le sbire qui tenait entre ses mains son frère avec force. En un clin d’œil, le sbire a asséné un coup de couteau au frère de Salem.
Lorsqu’il s’est apprêté à lui donné un deuxième coup, Salem lui a criblé le dos et les côtes de sept coups de couteaux successifs. Le sbire a succombé à ses blessures. Les éléments de la protection civile se sont dépêchés sur les lieux pour évacuer le frère de Salem aux Urgences de l’hôpital Sidi Othmane pour subir les soins nécessaires. Et Salem ? Sous le choc, il est resté immobile. Il n’a pas bougé d’un iota. Il attendait l’arrivée de la police.
«Salem n’a pas pris la fuite. Il a attendu l’arrivée de la police sur place. Ceci prouve qu’il n’avait pas l’intention de tuer Abderrazak», précise son avocat devant la Cour qui a écouté durant une demi-heure les déclarations de Salem. Celui-ci a avoué qu’il avait l’intention de défendre son frère. Après la plaidoirie de la défense, le tribunal l’a condamné à 15 ans de réclusion criminelle. 
Un verdict sévère étant donné que le principe de la légitime défense s’applique à cette affaire étant donné qu’il a été prouvé que Salem a commis son acte pour empêcher le sbire de tuer son frère.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *