Il tue pour se faire pardonner son péché

Hôpital provincial Mohammed V d’El Jadida. Le pavillon réservé aux détenus malades reprend son calme après que ces derniers ont pris leur dernier repas, avant l’aube de ce jour du mois de Ramadan, le samedi 29 septembre 2007.
Vers 6 h du matin, les policiers qui assuraient la surveillance des détenus à l’entrée du pavillon ont entendu des cris qui provenaient de l’intérieur. Ils sont entrés pour intervenir si nécessaire. Mais leur intervention n’empêchera pas le pire de se produire. Un détenu a été assassiné. La trentaine, ce jeune détenu purgeait une peine d’emprisonnement pour vol qualifié et attentat à la pudeur avec violence. Il était incarcéré à la prison d’Azemmour où il est né et où il a commis ses deux délits. Atteint d’une maladie, il a été évacué à l’hôpital Al Ayachi à Moulay Bouchaïb. Son état de santé ne s’est pas amélioré et il a été transporté à la ville d’El Jadida pour être interné à l’hôpital provincial Mohammed V. Pourquoi a-t-il été tué ? L’information s’est répandue dans les couloirs de l’hôpital comme de la poudre de feu. Tous les médecins et les infirmiers, qui assuraient, cette nuit-là, la permanence et devaient quitter leurs postes à 8h du matin, se sont pressés d’aller au pavillon des détenus. Le médecin chef a remarqué que la victime avait été tuée par étouffement. Qui l’a étouffé ? Tous les détenus étaient là et ont tout vu. Ce n’était pas difficile de retrouver le coupable : un détenu casablancais, âgé de 26 ans, qui purge, depuis 2004, une lourde peine pour homicide volontaire. Il est incarcéré au centre pénitentiaire d’Oukacha à Casablanca. Vu sa violence envers ses codétenus et sa nervosité excessive, il a été éloigné à la prison locale d’El Jadida. Tombé malade, il a été évacué vers cet hôpital.
Durant le Ramadan, ce détenu casablancais jeûnait, priait, ne fumait plus de haschich et ne se comportait plus violemment envers ses codétenus. Seulement, voilà, chasser le naturel, il revient au galop ! Ce qui est arrivé ce 17e jour du mois sacré confirme qu’il n’a pas pu se libérer complètement de ce démon qui le possédait.
Homosexuel, tout comme la victime, ils ont eu des relations sexuelles. Après un long sommeil, le détenu casablancais s’est réveillé après l’aube, vers 6h du matin. Il n’avait pas encore pris sa douche après l’acte sexuel, afin de jeûner et pouvoir faire sa prière. Il ne pouvait pas accomplir son devoir de Musulman. Il a regretté son acte au point de penser même à se suicider. Il a ainsi décidé de tuer celui qui l’a poussé vers le gouffre du péché. Sans hésitation, il l’a étouffé en entourant le drap autour de son cou. Interrogé par la police il n’a cessé de répéter : «Je ne regrette pas de l’avoir tué, mais je regrette d’avoir péché».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *