Il tue sa femme et se suicide 4 mois après

Il tue sa femme et se suicide 4 mois après

Il y a quatre mois que ce jeune homme, de vingt-deux ans, a pris l’initiative d’aller chez les gendarmes de la région de Gafait, à vingt-quatre kilomètres de la province de Jerada, dans la région orientale. Il a affirmé au chef de la poste que sa femme n’a plus donné signe de vie depuis le mois de Ramadan. Où est-elle allée ? Pourquoi ? A-t-elle été kidnappée ? A-t-elle accompagné un amant ? Toutes ces questions ont traversé son esprit. C’est dire qu’il n’avait pas la moindre idée sur sa destination, ni sur le mobile de son départ définitif. Et pourtant, les limiers de la gendarmerie royale de la région ne sont pas restés les mains croisées.

Ils ont déployé tous leurs efforts pour la retrouver. Mais en vain. Certes, le dossier n’a pas été classé, mais il semble qu’au fil du temps le mari ne montrait pas beaucoup de ferveur pour s’enquérir des nouvelles de sa femme, notamment auprès des gendarmes.

Nous sommes le mardi 24 décembre 2013. Notre jeune homme était chez lui en train de picoler. Paradoxalement, il retrouve une certaine lucidité et un réveil de la conscience : il a décidé de révéler la vérité. Il a rejoint sans plus tarder son père et son grand-père qui se tenaient dans une autre pièce de leur domicile. Il les a sollicités de l’écouter attentivement pour leur confier un secret. «C’est moi qui ai tué ma femme», leur a-t-il révélé sans leur expliquer le mobile de   son crime. Il a précisé à son père et son grand-père qu’il avait porté, la nuit, le cadavre de la défunte jusqu’à une montagne de la région et l’a enterré.

En retournant au village, il s’est rendu à la gendarmerie royale leur faisant état de la disparition de sa femme. Au fil du temps, son crime lui pesait tellement qu’il n’arrivait plus à fermer l’oeil. Il leur a confié sa dernière décision : se suicider. Le père et le grand-père n’ont pas cru, au départ, à ses paroles. Ils sont restés bouche bée, ne sachant plus à quel saint se vouer. Mais, le lendemain, ils ont fini par alerter les limiers de la gendarmerie royale de la région qui se sont dépêchés sur les lieux afin d’arrêter le mis en cause. Malheureusement, c’était trop tard car le jeune homme avait déjà mis fin à sa vie par pendaison. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *