Il tue sa femme pour avoir refusé d’avorter

Quartier Al Wifak II, non loin d’Al Oulfa, préfecture de Hay Hassani à Casablanca. Azzedine vient de rentrer, ce lundi 23 juillet, au foyer parental. Sa sœur, Asmaa, âgée de 19 ans, enceinte de trois mois est dans sa chambre, en compagnie de son mari, Youssef, 25 ans. Tout allait bien lorsque Azzedine et ses parents entendent les cris d’un enfant qui appelle au secours. Ils ne savent pas d’où proviennent les cris… Azzedine fixe des yeux ses parents avant de leur demander de rester dans leur chambre. Il descend comme un fou. Pourquoi ? Il se rappelle que la relation entre sa sœur et son mari n’est pas au beau fixe. Une fois au rez-de-chaussée, il découvre la chambre en flammes et pousse le garçon qui demande du secours. Sans aucun doute, sa sœur est à l’intérieur, ainsi que son cousin et beau-frère, Youssef.
Azzedine, perturbé, se plante devant la chambre sans dire le moindre mot. A quoi pense-t-il ? Les sauver ? Il s’arme de courage et s’attaque aux flammes. Il se précipite dans la chambre, cherche sa sœur et son beau-frère. Il ne trouve qu’Asmaa, étendu par terre. Rapidement, il prend sa sœur qui semble avoir perdu connaissance, la conduit directement à la salle de bains, ouvre le robinet pour l’asperger d’eau.
Azzedine est sous le choc. Il dévisage Asmaa, ne distingue plus ses traits, sanglote, crie, demande du secours. Il ne croit pas ses yeux. Sa sœur est dans un état critique. Ses vêtements collent à son corps. Azzedine court appeler la protection civile. Le feu se circonscrit, Asmaa est évacuée au service des brûlés à l’hôpital Ibn Rochd. Ses brûlures sont du troisième degré. Ses parents et son frère, Azzedine, sont à son chevet. Reprenant connaissance, mardi 24 juillet, Asmaa leur raconte ce qui lui est arrivé. Que s’est-il exactement passé? L’histoire, à l’origine, remonte à plusieurs années. Quand Youssef avait 6 ans, sa couine, Asmaa, est venue au monde. Ils ont grandi ensemble et sont devenus inséparables au point qu’une relation amoureuse est née entre eux à leur adolescence. Après avoir quitté l’école, Youssef est devenu électricien et Asmaa est restée fille au foyer. Ils se sont mariés. Puisque Youssef ne disposait pas d’argent nécessaire pour louer au moins une chambre, sa tante, la mère d’Asmaa, leur en a proposé une chambre. Tout le monde vouait une admiration au couple qui entretenait une relation amoureuse remarquable. Mais tout a changé lorsque Asmaa est tombée enceinte. Étrange ! De coutume, la première grossesse de l’épouse rend le mari plein de joie. Pourquoi pas Youssef ? Personne ne sait au juste la raison. La grossesse de sa femme l’a rendu très nerveux. «Tu dois avorter», lui dit-il. Asmaa ne savait pas pourquoi. Le premier mois de grossesse est passé, puis le deuxième et le troisième est arrivé. A chaque fois, son mari lui demandait d’aller chez un gynécologue pour avorter. Il l’a même conduite chez un spécialiste afin de l’obliger à avorter. Le médecin a refusé. C’est interdit, puisque ni la grossesse ni le fœtus n’expose la mère à un danger. Youssef lui a apporté des herbes médicinales: «Ils facilitent l’avortement, tu dois les préparer et les boire !».
Asmaa refuse, suscitant la colère de Youssef. Il a disparu pour retourner chez lui, le lundi 23 juillet. Youssef rentre à la chambre, trouve son épouse, lui demande une autre fois d’avorter. Elle campe sur son refus. Youssef finit par lui donner un coup de poing violent. Asmaa s’effondre, perd connaissance. Youssef verse deux litres d’essence sur son corps avant de mettre le feu.
Et il disparaît, ensuite. Où ? Personne ne sait où il est jusqu’à aujourd’hui. Il est activement recherché par la police. En attendant, le mercredi 25 juillet, Asmaa a perdu une fois encore connaissance. Et le lendemain, elle a rendu l’âme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *