Il tue sa maîtresse pour se marier

Pour la police, le jour de la reconstitution du crime n’est toujours pas comme les autres jours. Il est particulier. D’une part, parce qu’il marque la fin d’une série d’investigations et d’interrogatoires à la fois pénibles et constructifs pour le dossier. Et d’autre part, parce que les enquêteurs doivent se préparer pour ne pas être confrontés à l’imprévisible.
Jeudi 9 août 2007. Les éléments de la PJ de Salé devaient procéder à la reconstitution d’un meurtre. Ils ont conduit le mis en cause vers le lieu du crime : un terrain vague, situé au quartier Al Qods, à Tabriquet. Arrivés sur les lieux, ils dispersent les badauds qui s’attroupaient afin de les éloigner du lieu du crime. Le suspect, Ahmed, menottes aux poignets, doit raconter étape par étape le déroulement du meurtre dont il est accusé.
A propos de ce meurtre, il remonte à deux ans quand Ahmed a rencontré Rachida. C’était le coup de foudre. Il la suivait comme son ombre jusqu’à ce qu’elle lui accorde l’attention tant attendue pour lui avouer ses sentiments. Il était fou de joie lorsqu’elle a accepté son invitation. Et depuis, leur relation a rapidement évolué au point qu’ils ont commencé à partager le même lit. Ayant perdu sa virginité, tout semblait être changé pour Rachida. Cette jeune fille de 23 ans qui n’a jamais demandé à son amant de se marier avec elle, s’est retrouvée dans un traquenard. Pour elle, son amant devait se préparer pour l’épouser. «Oui, je vais me marier avec toi et jamais je n’épouserai une autre fille», la rassurait-il. Rachida lui a fait confiance et a continué à l’accompagner n’importe où pour passer en sa compagnie de bons moments. De fil en aiguille, les comportements d’Ahmed ont changé. Voulait-il se débarrasser d’elle ? Peut-être. Menant ses propres investigations, Rachida a trouvé la cause principale : il comptait se marier avec une autre fille et donc l’abandonner. Sous l’emprise de la colère et du choc, elle lui demande la raison pour laquelle il a décidé de l’abandonner. «Ce sont mes parents qui m’obligent à me marier avec elle», lui a-t-il répondu. Et l’amour ? La virginité consommée de Rachida? Les promesses de fidélité ? Ahmed ne voulait rien entendre. Ses parents ont même demandé la main de sa future épouse. Affolée, Rachida l’a menacé de divulguer à tout le monde leur aventure. «Je t’en prie, laisse-moi juste le temps de convaincre mes parents», lui a-t-il demandé. Les convaincre de quoi ? Rachida a posé sa question sans exiger de réponse. Elle a même patienté quelques semaines afin qu’Ahmed trouve une solution. Mais, force est de constater qu’Ahmed ne cherchait qu’à gagner du temps pour établir l’acte de mariage avec sa future épouse. Rachida n’en pouvait plus et a recommencé à le menacer en lui affirmant, cette fois-ci, qu’elle fera des révélations le plus tôt possible s’il n’annule pas sa décision de mariage. Ahmed a pris effectivement une décision, mais pas celle qu’espérait Rachida.
Dimanche 5 août, vers 20h, Ahmed se dirige vers la maison de Rachida. Il lance son sifflement habituel et voilà que la jeune fille sursaute. Elle descend rapidement et lui demande ce qu’il veut. «On va tout reprendre de zéro. Je vais rompre avec ma fiancée pour renouer avec toi. Je ne peux pas vivre sans toi», lui chuchote-t-il à l’oreille. Des mots qui ont fait chavirer son cœur au point de tout oublier. Arrivés sur un terrain vague pas loin du quartier Al Qods, ils se sont assis sur une grosse pierre. Rachida lance des  reproches à son amant d’avoir oublié facilement leur amour. Ahmed commence alors à lui toucher le corps et à l’embrasser. Rachida pensait revivre sa passion tellement elle en sentait le besoin. Tout d’un coup, les enlacements ont commencé à prendre un goût amer. Ahmed a pris un fil de fer pour serrer le cou de Rachida. Il a tellement tiré le fil que la jeune fille s’est effondrée par terre. Après, il lui a brûlé les doigts pour qu’elle ne soit pas identifiée. Mais, deux jours plus tard, l’affaire a été élucidée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *