Il tue sa maîtresse, sa fille et tente de se suicider

Il tue sa maîtresse, sa fille et tente de se suicider

Nous sommes à Azrou, au lotissement El Fassi donnant sur la zone industrielle. Tout le monde connaissait Atika, âgée de quarante ans, divorcée depuis cinq ans, qui occupe, en compagnie de son unique fille, Sarah, âgée de seize ans, une habitation de trois étages. Tout le monde savait qu’elle était usurière profitant de la situation surtout des pauvres gens ayant besoin d’une somme d’argent et ne pouvant pas recourir aux banques, et ce en leur prêtant de l’argent en exigeant un intérêt supérieur au taux légal. Son activité illégale lui a permis, en effet, de rencontrer Youssef. C’est vrai qu’elle connaissait ce chômeur, bachelier en 2009, âgé de vingt-sept ans, puisqu’il est le frère de son amie, une ressortissante marocaine en Hollande. Mais, elle ne le rencontrait pas souvent comme c’était le cas ces derniers mois. En fait, elle l’accueillait chez elle puisqu’il commençait à lui chercher des clients contre une commission lui permettant de gagner sa vie. Au fil des rencontres, Atika et Youssef ont fini par partager le même lit. Ils passaient chez elle de bons moments. Sarah était-elle au courant ? Peut-être. Mais que s’est-il passé entre eux à l’aube du lundi 6 septembre coïncidant avec le vingt-sixième jour du Ramadan ? En fait, jusqu’à aujourd’hui, personne ne sait au juste ce qui s’est passé pour que leur relation se termine dans le sang. Comment ? Les fidèles se dirigeaient vers la mosquée pour accomplir la prière d’Assobh quand ils ont vu  le corps d’un être humain qui tombait de la terrasse où demeurait Atika. En touchant les câbles électriques, la vitesse de sa chute s’est affaiblie. Ce qui l’a sauvé d’une mort fatale quand il est tombé par terre. Quand ils se sont approchés du corps, ces badauds l’ont reconnu. Il s’agit du fils de R.Z qui demeure au même quartier. Ils l’ont avisé. Le père et le frère de Youssef sont arrivés sur le lieu. Youssef, fracturé au niveau du cou, des deux coudes et des genoux, avait perdu connaissance. Aussitôt, le frère a commencé à frapper à la porte et demandant Atika pour lui ouvrir. Mais en vain. Pas moins de quelques minutes, les éléments de la police judiciaire sont arrivés sur les lieux. Ils ont remarqué que Youssef n’est pas conscient. Ils ont alerté les éléments de la protection civile qui se sont dépêchés sur les lieux. Ils l’ont évacué vers l’hôpital régional d’Azrou, 20 Août, après il a été transporté à Meknès pour être mis à la disposition du staff médical à l’hôpital Mohammed V. Quant aux éléments de la police judiciaire, ils ont continué à frapper à la porte du domicile de Atika. Aucune réponse. Ils ont ouvert la porte en recourant aux éléments de la protection civile et après avoir reçu les instructions du parquet général. Et c’était la mauvaise surprise : Atika et sa fille, Sarah, étaient corps sans âme, gisant dans une mare de sang. Les deux cadavres sont criblés respectivement de treize et douze coups de couteau. Pourquoi Youssef a-t-il commis cette boucherie avant de tenter se suicider en se jetant de la terrasse ? Pas de réponse. Puisque Youssef est encore dans un état comateux à l’hôpital Mohammed V de Meknès.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *