Il tue sa sœur qui fréquente un soûlard

Il tue sa sœur qui fréquente un soûlard

Il vient d’être conduit par deux policiers à l’intérieur de la salle d’audience, à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca.

A la vue de ses parents se trouvant parmi l’assistance, il détourne son regard dans un premier temps puis baisse carrément la tête. Il savait qu’il a causé une peine indescriptible à ses parents. En effet, ceux-ci pleurent à chaudes larmes. Tous deux n’arrivent pas à croire avoir perdu deux enfants lors d’un moment de nervosité.
«Je regrette de l’avoir frappée. Je n’ai jamais imaginé un jour tuer quelconque, encore moins ma sœur», balbutie-t-il devant les trois magistrats de la Cour.

De surcroît sa sœur était encore adolescente. Elle était à son dix-neuvième printemps, alors qu’il est son aîné de six ans.
«Je lui ai dit et répété de ne plus la toucher, qu’il n’a pas le droit de la malmener pour une raison ou une autre», dit son père qui n’arrive pas à tenir ses larmes.

Son fils le fixe par le regard et lui demande pardon. Le père n’ajoute pas un seul mot et retourne à sa place.
Ce jeune homme, chauffeur de petit taxi de son état, a demandé à maintes reprises à sa sœur de ne plus sortir avec leur voisin du quartier, qu’elle aimait follement. Sa mère lui expliquait qu’il avait l’intention de se marier avec elle. Mais en vain. «C’était un drogué et un soûlard», justifie-t-il son refus que ce jeune homme soit son beau-frère.
Mais sa sœur était éperdument amoureuse de lui.

«Elle était en ma compagnie quand il s’est planté devant nous. Il m’a donné un coup de poing. Je ne savais quoi faire. Et il lui a donné, également, à elle, un coup de poing», affirme le bien-aimé de la défunte.

Le frère a asséné un coup de poing à sa sœur qui est tombée par terre. Pas moins de quelques secondes, elle n’a plus bougé. Son bien-aimé essayait de la réveiller. Une ambulance est arrivée. La fille a été évacuée vers le service des Urgences de l’hôpital Mohammed V, à Hay Mohammadi où elle a rendu l’âme.
La police a arrêté le frère qui est passé aux aveux tout en manifestant un grand regret. Le rapport du médecin légiste a conclu que la mort a eu lieu suite à une hémorragie cérébrale interne.
Lors de sa dernière parole, le mis en cause a réitéré son regret d’avoir tué sa sœur et de s’être interposé dans le rêve du couple.
Verdict : Jugé coupable pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner, il a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *