Il tue son beau-père en plein souk

Il tue son beau-père en plein souk

Abdelkader, un fellah de cinquante-neuf ans, père de trois enfants, étalait sa marchandise, négociait avec les clients et de temps en temps il conversait avec ses amis au souk. Mais, d’un moment à l’autre, il pensait au problème de sa fille qui a quitté depuis quelques semaines son foyer conjugal et est venue séjourner chez lui.

Dès qu’elle avait eu, la dernière fois, un malentendu avec son mari qui la violentait, elle a décidé de se rendre chez ses parents avec sa petite fille entre ses bras. Son mari, Abdelmoughit, âgé de vingt-huit ans, l’a sollicitée à maintes reprises de regagner le foyer conjugal. Mais en vain. Parce qu’elle ne supporte plus les comportements de son mari. Humiliée et violentée pour la moindre raison, elle ne pense plus retourner au foyer conjugal.

Cependant, le mari, Abdelmoughit, croyait que c’était son beau-père qui ne voulait plus de lui comme mari pour sa fille. Il affirmait à ses proches et ses amis que sa femme l’aime malgré ses comportements agressifs et que c’était son beau-père qui l’encourageait à ne plus le rejoindre et à détruire son foyer conjugal. Certes, quelques proches, de bonne foi, sont intervenus pour calmer les deux époux, mais d’un autre côté les mauvaises langues envenimaient la relation entre Abdelmoughit, sa femme et son beau-père au point qu’il n’a pas vu, depuis plusieurs semaines, sa petite fille. Et enfin, il a pris la mauvaise décision de se venger de son beau-père en mettant fin à ses jours. C’est ainsi qu’il a saisi un couteau et est sorti, tôt le matin de ce mercredi 16 décembre, de chez lui au douar El Mrachdia, commune rurale El Krifate, pour arriver, vers 8 h, au souk hebdomadaire. Cherchant son beau-père, il l’a trouvé en train de vendre sa marchandise. Sans attirer son attention, il lui a donné un coup au niveau du dos.

Poussant un cri strident, le marchand est tombé par terre. Abdelmoughit a pris alors la fuite à destination de chez sa famille. Son beau-père qui a été évacué vers l’hôpital régional de Beni Mellal est passé de vie au trépas.

Quelques heures plus tard le meurtrier s’est présenté devant les gendarmes qui l’ont remis aux éléments de la police judiciaire de Fkih Ben Saleh.

Vendredi dernier, 18 décembre, il a été traduit devant le parquet général près la Cour d’appel de Beni Mellal poursuivi pour homicide volontaire avec préméditation et guet-apens.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *