Il tue son compagnon de beuverie

Il tue son compagnon de beuverie

Ils sont trois jeunes hommes, deux cousins et leur ami, âgés respectivement de vingt-deux, vingt-quatre et trente-cinq ans. En fait, ils sont voisins demeurant au Bloc El Kodia, arrondissement de Hay Mohammadi, à Casablanca. Pour se droguer et se soûler, les deux cousins se réfugient, de coutume, dans une maison inhabitée. Seulement, ils ne sont pas seuls pour cette nuit du samedi au dimanche, du 8 au 9 mars.

Leur ami intime les rejoint pour passer ensemble une nuit de beuverie. Les verres de whisky se remplissent et se vident, les conversations s’engagent et les têtes tournent. Au fil des minutes, il n’y a plus une seule goutte de whisky, et c’est la bouteille de l’eau-de-vie qui s’ouvre.

Et l’ivrognerie continue au point que cette bouteille se vide en un temps record. Les deux cousins et leur ami semblent encore assoiffés. Chacun participe par une dizaine de dirhams afin d’acheter une deuxième bouteille d’eau-de-vie. Et c’est l’ami qui s’en charge. Ce dernier empoche l’argent et disparaît. Les deux cousins s’énervent. Ils se rendent chez leur ami.

Ils ne le trouvent pas. Et ils commencent à l’abreuver d’injures avant de rebrousser chemin. Entre-temps, leur ami, qui a été alerté par sa mère, les rejoint tout en les insultant et les injuriant. Après une brève altercation verbale, l’un des deux cousins a sorti un objet tranchant caché sous ses vêtements et l’a blessé, puis s’est enfui le laissant gémir de douleur. L’ami reste face à face avec le deuxième cousin, armé également d’un couteau.

En un clin d’œil, l’ami arrive à le lui arracher et lui donner un coup au niveau du cœur. Le cousin tombe par terre, gisant dans une mare de sang. Évacué vers les Urgences de l’hôpital Mohammed V, il passe de vie à trépas.

Les limiers de l’arrondissement Dar Al Amane se mobilisent et arrêtent le meurtrier, un repris de justice qui avait déjà purgé une peine d’emprisonnement de 5 ans pour tentative de meurtre. Le mercredi 12 mars, les limiers de la PJ du district de Hay Mohammadi procèdent à la reconstitution du crime avant la remise du mis en cause principal et du cousin de la victime entre les mains de la justice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *