Il tue son oncle et se débarrasse du corps à El Jadida

C’était le matin du mercredi 12 décembre quand une patrouille de la police d’El Jadida qui effectuait une ronde routinière a découvert, près de la boîte de nuit «Tazota», située à la sortie d’El Jadida vers Casablanca, le corps d’un jeune homme, sauvagement poignardé, les mains et les pieds ligotés, enroulé dans un drap blanc et un carton puis fourré dans un grand sac en plastique. Qui est cette victime? Qui l’a tuée et pourquoi ? Trois questions essentielles qu’il faut résoudre le plus tôt possible pour élucider le crime. C’est le laboratoire scientifique et technique de la police qui s’est chargé de répondre à la première interrogation en se basant sur les empreintes digitales de la victime puisque les enquêteurs n’avaient pas trouvé sur lui sa CIN. Sa réponse est il s’agit d’Abdessadak Hablamlouk, âgé de trente-six ans, marchand ambulant de son état, originaire de Youssoufia et résidant à Dar Bouâzza, dans la périphérie de Casablanca.
Une enquête minutieuse de quarante-huit heures a permis aux limiers de la capitale des Doukkala de répondre aux deux autres interrogations.
L’enquête a révélé que le meurtrier n’était que le neveu de la victime. Il s’agit de Yassine. M, âgé de vingt-trois ans, marchand ambulant de son état qui résidait à la même chambre avec la victime. Arrêté chez ses parents à Youssoufia, Yassine a été soumis aux interrogatoires. Il a avoué que son oncle maternel, Abdessadak, l’avait sollicité, lundi 10 décembre, vers 23 h, de lui rendre les cent dirhams qu’il lui avait prêtés. Prétendant n’avoir pas le moindre sou, il l’a énervé. Hors de lui, l’oncle maternel a violenté son neveu tout en essayant de lui fouiller les poches. Manifestant une résistance, Yassine a poussé l’oncle maternel à saisir un couteau qui était sur une table et s’est apprêté à lui asséner un coup. Seulement, Yassine était plus rapide que lui et lui a donné un coup de ciseau. Abdessadak est tombé par terre. Son neveu est arrivé à prendre le couteau et il lui a donné sauvagement plusieurs coups au niveau de tout son corps. Convaincu que son oncle avait rendu l’âme, il a allumé une cigarette et a commencé à s’enivrer. Il avait déjà acheté un «trois-quarts» de vin rouge. Quand il a vidé la bouteille, il n’a pas pu dormir. Le lendemain matin, il a emballé le corps et est sorti pour héler un grand taxi. Contre 60 dirhams, il a marchandé avec le chauffeur pour l’emmener avec son bagage à la gare routière Ouled Ziane. Vers 15 h de ce mardi 11 décembre, il a pris l’autocar allant à El Jadida. Vers 17 h, il est descendu de l’autocar près de la boîte de nuit « Tazota ». Quand il a remarqué que personne n’était sur les lieux, il a abandonné le bagage qui n’est autre que le corps de son oncle maternel et a pris un autre autocar allant à Youssoufia.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *