Il viole des mineures et sa propre mère !

Il viole des mineures et sa propre mère !

Il n’abusait pas uniquement de ses voisines mineures… Mais également de sa mère ! Mercredi 9 octobre, au sortir de l’audience de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Meknès, l’assistance n’arrive toujours pas à en croire ses oreilles. Tout cela dépasse l’entendement! Cet homme, âgé de trente-quatre ans, n’en est pas à son premier acte criminel.

En effet, celui-ci comparaît pour viol pour la deuxième fois devant cette chambre qui ne l’a condamné, lors d’une première affaire de viol sur une mineure de dix ans, qu’à deux ans de prison ferme. Une peine dérisoire et sans rapport avec la gravité du crime commis qui ne l’empêchera pas, une fois sorti de prison, de récidiver.

Mais dans cette deuxième affaire, ce ne sont pas ses victimes mineures qui ont porté plainte contre lui… Mais sa propre mère! Un beau jour, celle-ci s’est rendue directement chez le chef de la PJ de la sûreté de la capitale ismaélite pour lui expliquer que son fils l’insulte, la maltraite et la violente à chaque fois qu’elle tente de l’empêcher de violer une fille.

L’homme, pédophile, traque ses voisines pour les contraindre à venir chez lui afin de les violer. C’est ainsi qu’il a procédé avec sa première victime, âgée de dix ans, et qui a porté plainte contre lui par la suite. Dans le cas de la deuxième victime, une jeune fille de douze ans, celle-ci est kidnappée à proximité de son domicile.

Il la traîne chez lui de force et tente de la violer dans les toilettes. Mais, présente sur les lieux, sa mère s’interpose pour l’empêcher de passer à l’acte. Le pédophile n’arrive pas à accepter le geste de sa mère et est bien décidé à le lui faire payer. Il franchit alors une autre ligne rouge en abusant d’elle sexuellement.

Ni soûl ni drogué, parfaitement conscient de ses actes, il la menace avec un couteau pour qu’elle lui cède, mais elle s’y refuse. Il tente alors de la prendre par la force et lui arrache ses vêtements. Elle parvient toutefois à se sauver en montant à l’étage et en s’enfermant à clé. Le lendemain matin, pensant que le calme était revenu chez elle, elle s’aventure à descendre au rez-de-chaussée. C’est alors que son fils bondit sur elle, l’agressant sauvagement en la frappant à la tête à plusieurs reprises avec un bâton. Inconsciente, elle a été violée par son fils qui a avoué son crime odieux  

Verdict : Dix ans de réclusion criminelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *