Ivre mort, il tente d abuser de sa sÅ“ur et rudoyer son père

Ivre mort, il tente d abuser de  sa sÅ“ur et rudoyer son père

Tête baissée, A. K. n’arrive pas à lever les yeux vers sa sœur qui se tient devant le perchoir de la salle d’audience à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Meknès. Au président de la Cour qui l’interroge, il balbutie quelques mots, au point que ses réponses sont inaudibles.
«Je ne me souviens de rien», arrive-t-il à dire. Le président ne le croit pas : un ivrogne qui ne se souvient de rien plonge dans un profond sommeil et ne commet pas de bêtises. Devant ce constat accablant, A. K, poursuivi en état d’arrestation pour coups, blessures et insultes contre ascendant et attentat à la pudeur sur la personne de sa sœur, ne peut que garder le silence.
Sa sœur, âgée de dix-huit ans, présente son témoignage en détaillant les faits. «J’étais en plein sommeil quand mon frère a commencé à m’embrasser», explique-t-elle. C’était la nuit du mardi 22 janvier. Elle dormait dans la chambre qu’elle partageait avec sa sœur. Tout d’un coup, elle s’est réveillée en sursaut. Car, quelqu’un a commencé à l’embrasser étrangement. Elle a découvert qu’il ne s’agissait que de son frère, A. K, qui tentait d’abuser d’elle. Elle l’a poussé violemment. «Il m’a demandé de me taire et ne rien dire à mes parents. Mais je ne pouvais pas garder le silence craignant qu’il recommence», dit-elle à la Cour. Aussitôt, elle a quitté sa chambre en courant vers celle de ses parents. Elle a tout dit à son père qui est resté bouché bée. «Je n’ai jamais imaginé que mon fils pouvait commettre une telle sottise. Il m’a même insulté quand je lui ai demandé de sortir de chez moi», affirme le père qui témoignait aussi devant la Cour.
Selon le procès-verbal dressé par les éléments des éléments du 6ème arrondissement de police, le mis en cause a déclaré qu’il était sous l’effet de l’alcool. Il avait même trop levé le coude ce soir-là. Remarquant que tous les membres de sa famille plongeaient dans un profond sommeil, il a décidé d’abuser de sa sœur. Et il est rentré dans sa chambre pour ce faire. Heureusement, elle s’est réveillée et l’en a empêché. Enfin, elle et son père ont décidé de lui pardonner devant la Cour qui lui a fait bénéficier des circonstances atténuantes et l’a condamné à  deux ans de prison avec sursis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *