Jaloux, il tue son ami

Jaloux, il tue son ami

Ses parents et ses deux sœurs  étaient aussi présents dans la salle d’audience de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Ils étaient tous en larmes. Il est le garçon unique de cette petite famille qui jouit d’une bonne réputation dans le quartier.

«Je n’avais pas l’intention de le tuer, M. le président», balbutie Samir qui tente, sans aucun doute, de convaincre la Cour pour bénéficier de circonstances atténuantes.

Peu importe pour la famille de la victime, Ahmed, la victime, ce jeune de vingt-cinq ans. La famille, qui suit le déroulement du procès, ne veut rien savoir si Samir avait l’intention ou non de tuer le défunt. Ce qui importe pour elle c’est que le meurtrier doit payer pour son crime. La famille de la victime demande une peine sévère.

«Nous picolions non loin de chez lui», affirme Samir avec une voix inaudible au point que le président de la Cour lui demande de parler à haute voix. Samir n’était pas à vrai dire un soûlard, mais il s’enivrait de temps en temps avec son ami, Ahmed.

Tous les deux ne fréquentaient ni les bars, ni les boîtes de nuit pour prendre quelques verres, mais ils achetaient une ou deux bouteilles de 75 cl de vin rouge, se réfugiaient dans la chambre d’Ahmed pour passer ensemble de «bons» moments ou se tenaient près de chez Ahmed, loin des regards des curieux. Parfois, la copine de Samir les rejoignait. C’est ce qui s’est passé la dernière fois, quand la jeune fille les a rejoints et a commencé à embrasser son copain. Ahmed, qui semblait rigoler avec son ami, a sollicité la jeune fille de l’embrasser également. «Sa demande m’a mis hors de moi», avoue Samir sur un ton sérieux. Mais très vite, les choses se sont calmées entre eux après ce petit malentendu.

«Mais, à un moment donné, M. le président, il a osé toucher ses parties intimes» ajoute Samir, qui commence à sangloter. Hors de lui, Samir a donné un coup de poing à Ahmed qui l’a poussé violemment. Samir, qui semblait avoir perdu le contrôle de ses nerfs a tenu l’une des deux bouteilles, l’a cassée contre le mur et a tenu le tesson de bouteille dans sa main pour donner ensuite un seul coup au niveau de la poitrine d’Ahmed qui est tombé par terre. Évacué vers le service des Urgences de l’hôpital Sidi Othmane, il a rendu l’âme.

La jeune fille qui a assisté au crime s’est présentée devant la Cour en tant que témoin. Elle a tout raconté en précisant que son copain avait été blessé dans son honneur. Verdict : 10 ans de réclusion criminelle pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *