Japon : les restes d’une centenaire conservés dans un sac à dos

Il y a quelques semaines déjà, la police de Tokyo avait retrouvé le cadavre momifié d’un vieillard mort depuis plus de 30 ans, gisant sur son lit, alors que des responsables municipaux étaient venus le féliciter pour son 111e anniversaire. Depuis, les municipalités ont été chargées de vérifier que leurs administrés âgés de 100 ans et plus étaient toujours en vie. Selon les premiers résultats de l’enquête, près de 300 d’entre eux auraient «disparu», probablement morts depuis des lustres. Certaines familles sont soupçonnées d’avoir volontairement omis de déclarer leur décès afin de continuer à percevoir leur pension de retraite. Dans la dernière affaire en date, rapportée vendredi par les médias japonais, la police de Tokyo a retrouvé les restes d’une femme, censée avoir 104 ans, au domicile de son fils. Ce dernier, âgé de 64 ans, a déclaré aux enquêteurs que sa mère était décédée il y a 9 ans, mais qu’il n’avait pas eu l’argent nécessaire pour payer ses obsèques. «Elle est morte chez nous autour de juin 2001», a-t-il dit. «J’ai conservé son cadavre pendant quelque temps, puis je l’ai lavé dans la baignoire et ai brisé les os afin de les mettre dans un sac à dos». Près de 200 Japonais nés il y a plus de 100 ans sont introuvables et probablement morts depuis longtemps, révèlent les résultats de plusieurs enquêtes régionales lancées après la découverte d’un premier cas à Tokyo. Dans la seule cité de Kobe (ouest), sur les 847 centenaires officiellement enregistrés par les services municipaux, 105 ont disparu de la circulation. «La ville a lancé des investigations concernant ces personnes», a déclaré à l’AFP un fonctionnaire municipal, ainsi qu’au sujet de 22 autres centenaires qui n’ont pas recouru aux services sociaux ou médicaux au cours des dernières années. Parmi ces «disparus» figure une Japonaise qui serait aujourd’hui âgée de 125 ans et serait donc la vraie doyenne du Japon, dépassant Chiyono Hasegawa, une femme de 113 ans, vivant dans la préfecture de Saga (sud).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *