Jugé irresponsable de son acte criminel

Jugé irresponsable de son acte criminel

Il semble qu’il n’est pas normal. D’abord, il ne se tient pas droit dans le box des accusés. A chaque fois, il tente de reculer comme s’il avait l’intention de prendre la fuite. Mais, deux policiers le surveillent de près.

Il lance ses regards vers l’assistance comme s’il cherchait quelqu’un. Le président de la Cour lui demande alors de se tenir droit. Mais en vain. Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Taza. La salle d’audience est archicomble. «Tu es poursuivi pour homicide volontaire, entrave à la circulation et coups et blessures», rappelle le président de la Cour tout en feuilletant le dossier qui est entre ses mains. Le mis en cause garde le silence. Le président de la Cour le sollicite à chaque fois de répondre. Mais peine perdue. Selon le dossier de l’affaire, Mohamed, âgé de trente-deux ans, a quitté son douar situé dans la commune rurale Baba Marzouka, dans les environs de la ville de Taza.

Il n’avait pas de destination précise. Mais, en arrivant à l’autoroute reliant Fès à Oujda, il a commencé à demander aux automobilistes de s’arrêter. Les conducteurs l’évitaient pour ne pas le toucher. Il criait. Personne n’est intervenu pour l’empêcher d’entraver la circulation. Personne non plus n’a alerté la police ou les gendarmes. Mohamed a continué à hurler et à aller devant les voitures pour les arrêter. Tout d’un coup, il a saisi une barre en fer qu’il avait trouvée sur les lieux. Il courait à droite et à gauche pour frapper cette voiture et toucher l’autre.

A un moment donné, il est arrivé à obliger un conducteur qui a essayé de ne pas le faucher de s’arrêter. Dans un état hystérique, il a commencé à frapper la voiture avec la barre en fer au point que l’automobiliste est descendu dans l’intention de l’arrêter. Mais en vain. Au contraire, Mohamed lui a donné quelques coups de barre en fer au niveau de la tête. Le chauffeur qui est un ressortissant marocain en Europe est tombé par terre. Quelques membres de sa famille qui l’accompagnaient sont descendus de la voiture pour le sauver. Mais ils ont également reçu des coups. Mohamed a pris ensuite la poudre d’escampette avant d’être arrêté vingt-quatre heures plus tard.

A ce moment, l’automobiliste MRE était déjà passé de vie à trépas. Soumis à une expertise médicale suite aux instructions du parquet général près la Cour d’appel de Taza, il s’est avéré qu’il est un aliéné mental. Verdict : Après les délibérations, la Cour a rendu son jugement en le considérant irresponsable de son acte criminel vu qu’il est aliéné mental et a ordonné de l’interner dans un hôpital psychiatrique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *