Justice : Un meurtrier par erreur condamné à 2 ans de prison ferme

Justice : Un meurtrier par erreur condamné à 2 ans de prison ferme

Soufiane qui était sous l’effet de l’alcool a harcelé la sœur d’Abdellah en lui demandant de l’accompagner. Quand elle a refusé, il l’a giflée.

Abdellah, âgé de vingt-trois, n’arrivait pas encore à croire ce qu’il lui est arrivé. Il a commis un meurtre ! «C’est par erreur» est la phrase qu’il répétait devant les trois magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca.

Abdellah jouissait d’une bonne réputation dans son quartier. Ce qui n’est pas le cas de Soufiane qui, âgé de vingt-six ans, sans emploi, repris de justice, a déjà purgé deux peines d’emprisonnement pour trafic de drogue et vol simple.

«Il m’a provoqué», a-t-il précisé devant la cour qui lui a expliqué que la provocation ne lui permettait pas de le tuer. Mais, Abdellah a expliqué à la Cour qu’il n’avait pas l’attention de le tuer, mais juste de l’éloigner par sa main. Certes, les témoins qui ont présenté leurs témoignages devant la Cour ont précisé que c’était Soufiane qui a menacé le mis en cause par un couteau et que ce dernier s’est contenté de le repousser craignant d’être touché par son arme blanche.

Selon le procès-verbal, Soufiane qui était sous l’effet de l’alcool a harcelé la sœur d’Abdellah en lui demandant de l’accompagner. Quand elle a refusé, il l’a giflée. C’est la raison pour laquelle, son frère, Abdellah, prit l’initiative d’aller lui demander de laisser sa sœur tranquille. Mais, Soufiane l’a menacé de le tuer et de violer sa sœur. C’est le moment où Abdellah l’a poussé. Et c’était la catastrophe, le début de son calvaire. Car, Soufiane tomba par terre pour que le couteau s’enfonce à travers ses côtes.

Alertés, les éléments de la protection civile l’ont évacué vers le service des urgences. Cependant, la victime ne survivra pas à ses blessures. Et Abdellah fut arrêté sans arriver à croire que Soufiane ait perdu la vie simplement parce qu’il l’avait poussé.

Verdict : Jugé coupable de coups et blessures ayant entraîné la mort tout en bénéficiant des circonstances atténuantes, Abdellah a été condamné à deux ans de prison ferme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *