Justice : Une bande d’agresseurs naît à l’intérieur de la prison

Justice : Une bande d’agresseurs naît à l’intérieur de la prison

Ils sont quatre amis : Saïd, Nadir, Hassan et Abdellatif, âgés respectivement de dix-huit, vingt-et-un, vingt-deux et vingt-six ans.

Ils ne demeurent pas au même quartier, mais leur première rencontre remonte à plus d’un an quand ils se sont retrouvés à la prison d’Oukacha, à Casablanca. Bref, tous les quatre sont des repris de justice pour divers délits et crimes. Dès qu’ils ont été libérés, ils ont décidé de former une bande spécialisée dans les agressions et les cambriolages. Sans pitié, ils agressaient leurs victimes, les maltraitaient au moindre signe de résistance.

Ils ont commis plus d’une vingtaine d’agressions et de cambriolages. Arrêtés par la police, ils avouent, tous les quatre, avoir commis plusieurs agressions. Mais, devant les trois magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca, ils ont tout rejeté. Ils ont expliqué à la Cour qu’ils n’étaient que des victimes de la police qui leur avait mis sur le dos plusieurs affaires d’agressions. Mais les victimes les ont reconnus. Une jeune femme qui a été agressée au quartier Sidi Othman a montré à la Cour Nadir comme le principal mis en cause qui lui a mis un couteau sur la poitrine tout en l’embrassant. Elle a affirmé que Nadir et ses complices lui ont subtilisé une bague en or, une somme de deux cents dirhams et un smartphone.

Quant à Karim, il a affirmé à la Cour que deux des quatre mis en cause l’ont attaqué dès qu’il a quitté sa voiture. Ils lui ont donné un coup de poing avant de monter dans son véhicule pour démarrer à toute allure. Une autre victime, un quinquagénaire, a précisé qu’il n’était pas chez lui quand son appartement a été cambriolé. Il a ajouté que la police a saisi chez les quatre mis en cause quelques objets de son épouse. Plusieurs autres victimes se sont succédé devant la Cour pour présenter leurs témoignages. Elles se sont souvenues  au moins d’un membre de la bande.

Verdict : Ils sont tous les quatre jugés coupables pour constitutions d’une association de malfaiteur, vols qualifiés et coups et blessures à l’arme blanche et ils ont été condamnés à 8 ans de réclusion criminelle chacun.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *