Khemisset : Démantèlement d’une bande spécialisée dans le vol de petits taxis

Khemisset : Démantèlement d’une bande spécialisée dans le vol de petits taxis

Qui est à l’autre bout du fil ? En fait il ne reconnaît pas ce numéro, mais peu importe. Il appuie sur «Ok», il a entendu un «Allô» prononcé par la voix d’un homme, suivi d’une demande claire et nette : «Peux-tu me rejoindre au quartier Aâka Mouloud pour m’emmener à la gare routière ?». Puisqu’il disposait de son numéro de téléphone portable, il ne pouvait être que l’un de ses fidèles clients, s’est-il dit. Le chauffeur de petit taxi a assuré au client qu’il n’est question que de quelques minutes pour qu’il arrive chez lui.

Effectivement, moins d’un quart d’heure plus tard, le petit taxi est arrivé au quartier indiqué. Mais il était loin de se douter de la mauvaise surprise qui l’attendait. En effet, le pauvre chauffeur s’est retrouvé encerclé par quatre jeunes hommes, armés de couteaux.

L’un d’eux lui a mis un couteau au niveau de la nuque. Le chauffeur n’avait pas de choix que de leur céder. Il leur a ainsi remis la clé du contact, ainsi que la recette qui était de 900 dirhams et son téléphone portable. Puis il est allé porter plainte auprès de la police judiciaire de la ville de Khemisset. Il semble qu’il n’était pas la seule victime de ces malfrats puisqu’une plainte a déjà été portée par un autre chauffeur de petit taxi. L’enquête de la brigade criminelle chargée de l’affaire a été mise en branle.

Le lendemain, samedi 16 janvier, la voiture, une Peugeot 309 du chauffeur de petit taxi, a été retrouvée par la gendarmerie de Berkane, abandonnée près de la rivière de Melouia.
En effet, la police de Khemisset a continué son enquête en recourant à l’un des opérateurs téléphoniques pour connaître l’identité de la personne qui détenait le numéro de téléphone portable ayant contacté, la veille, le chauffeur de taxi. Effectivement, elle a été identifiée. Il s’agit d’un jeune repris de justice de vingt-huit ans, demeurant au douar Aït Haddou Oussaïd, dans la région de Khemisset. Le lendemain, dimanche 17 janvier, il a été arrêté dans un café en compagnie de son frère qui a participé au vol de petit taxi. L’enquête a également permis d’arrêter deux autres malfaiteurs qui étaient complices dans le vol.
Interrogé sur le deuxième petit taxi volé, les malfrats ont avoué l’avoir revendu à 9.000 DH à un trafiquant d’essence de contrebande.

Les quatre malfrats ont été traduits devant la justice alors que l’enquête est toujours en cours pour arrêter les receleurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *