L habit ne fait pas la prostituée

L habit ne fait pas  la prostituée

C’était une très belle fille, bien faite, avec un beau visage de bébé, front haut, de grands yeux qui émettent un éclair qui vous va droit au cœur, un petit nez, un beau menton affiné, de hautes pommettes, des lèvres bien tracées, un large sourire, bref un corps séduisant, même couvert de sa djellaba au point que ses hanches mises en relief clouaient tous les hommes qu’elle croisait.
Nous sommes à la ville touristique d’Agadir. C’est dans les boulevards de cette ville qu’elle traînait, surtout la nuit. Du premier coup d’œil, n’importe qui pouvait deviner qu’il s’agit d’une fille de joie en quête de clients. D’habitude elle ne portait que la djellaba et changeait souvent des boulevards et des rues qu’elle fréquentait. Personne ne pouvait résister à son charme et à son sourire. La majorité des hommes qui l’abordaient, lui proposaient de passer quelques bons moments ou carrément la nuit en sa compagnie. Elle ne cédait pas à tout le monde, mais uniquement aux automobilistes, dont la voiture est un signe de richesse.
Il était vingt-deux heures du samedi 7 juillet quand elle rôdait au long du boulevard Hassan II avec sa djellaba couleur bleue. Elle envoyait ses sourires à l’égard des automobilistes essayant de les séduire. Tout d’un coup, une estafette à bord de laquelle des policiers effectuant leur ronde routinière est passée juste à côté d’elle. Les policiers l’ayant aperçue, sont descendus de l’estafette pour la menotter. Elle s’est débattue et essayait de s’enfuir, mais les limiers l’ont bien immobilisée et l’ont conduite au commissariat de police. Soumise aux interrogatoires, elle a avoué être une prostituée. Seulement,  tout d’un coup, elle a attiré l’intention d’un policier qui l’a fixée d’un très long regard. «Tu es une femme ou un homme ?», lui a-t-il demandé. Les policiers qui l’interrogeaient se sont arrêtés alors qu’elle a écarquillé les yeux. Enfin, elle lâche sa réponse qui a fait l’effet d’une bombe : «Je suis un homme». Âgé de vingt-trois ans, il n’est même pas un homosexuel! En effet, il jouait à la prostituée pour attirer les chercheurs de plaisir dans ses filets. Soit, il montait dans la voiture d’un client il le met en confiance pour piquer subtilement un objet ou de l’argent qui se trouvait dans la voiture avant de prendre la fuite dans un feu rouge. Soit, il obligeait le client à lui remettre une importante somme d’argent en le menaçant qu’il était homo et qu’il se mettrait à crier s’il refusait de lui donner ce qu’il demande. Ce jeune homme, natif de la ville de Fès, a été traduit devant la Chambre correctionnelle près le tribunal de première instance d’Agadir pour escroquerie.n

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *