La ruse féminine a mis deux voyous dans les filets de la police

La ruse féminine a mis deux voyous dans les filets de la police

Charmante et intelligente, Najat est à son vingtième printemps. C’est l’aînée de sa famille qui demeure à Berrechid. Ce soir, elle sortait pour faire des courses. Il n’était pas encore tard puisqu’il y avait encore des gens qui déambulaient au centre-ville. Elle empruntait le chemin à destination d’un commerce loin de chez elle de quelques centaines de mètres. Rapidement, elle marchait surtout qu’elle est juste arrivée à une ruelle qui semblait déserte. Et c’était à ce moment qu’elle a remarqué un jeune homme qui marchait lentement un peu plus loin d’elle. Alors qu’elle avançait à la hâte pour arriver à sa destination. Tout d’un coup, elle est arrivée à côté de lui pour s’apprêter à le dépasser. Seulement, aussitôt, il  s’est approché d’elle pour lui chuchoter quelques mots à l’oreille. Elle a gardé le silence tout en marchant rapidement. Le jeune homme la suivait comme son ombre. Qui est-il ? C’est Mustapha, un jeune de trente et un ans, sans profession. Il est l’aîné d’une fratrie de six frères et sœurs. Depuis que sa famille est arrivée à Berrechid, après avoir quitté son douar dans la région de Settat, son père est devenu un marchand ambulant de légumes et fruits et a déployé tous ses efforts pour aider son aîné à réussir ses études. Malheureusement, Mustapha, n’a pas dépassé la deuxième année d’enseignement fondamental. Et il l’a rejoint pour la vente de légumes à travers les quartiers et les ruelles de Berrechid. Mais la mauvaise fréquentation l’a dévié rapidement pour se retrouver entre-temps dans le gouffre de la drogue et de la délinquance. Il a été emprisonné à maintes reprises pour divers délits.
Najat qui tentait de s’éloigner de Mustapha a remarqué un deuxième jeune homme qui les a rejoints. Il s’agit de Mohamed, un Casablancais âgé de vingt-cinq ans, célibataire, qui a abandonné l’école après le divorce de ses parents. Sa mère, qui s’est remariée, a essayé de le soutenir pour devenir tôlier. Mais en vain. Après avoir quitté Casablanca en compagnie de sa mère et son mari et après s’être installé à Berrechid, il a fait la connaissance de quelques voyous. Et le virus de la délinquance l’a attaqué. Il est devenu trafiquant de boissons alcoolisées. Arrêté, il a purgé une peine de six mois de prison ferme. Relâché, il a rejoint une bande d’agresseurs. Il participait à toutes les opérations d’agression pour avoir l’argent nécessaire pour se droguer. Et il a été arrêté une deuxième fois. Purgeant une peine d’emprisonnement, il a fait la connaissance de Mustapha en taule. Quand ils ont été relâchés, ils sont restés amis. Ils se droguaient et agressaient ensemble les victimes.
Quand Mohamed a rejoint son ami, Mustapha, qui se collait à Najat, il a brandi un couteau. Il l’a menacée de meurtre. Pourquoi ? Il ne lui a rien demandé, mais il lui a demandé de les accompagner. Où ? Elle ne savait rien. Tous les deux l’ont conduite jusqu’à une ruelle obscure. Ils lui ont demandé de leur céder pour la violer collectivement. En refusant, Mohamed lui a asséné un coup de couteau à sa cuisse droite. Elle sanglotait et les suppliait pour qu’ils n’abusent pas d’elle. Tout d’un coup, elle s’est tournée vers Mustapha, en sanglotant et lui a proposé d’échanger leurs numéros de téléphone portable tout en lui promettant de le rencontrer ultérieurement pour passer de bons moments avec lui, chez lui ou chez un ami à lui et non pas dans la rue. Une ruse qui a eu son impact. Puisque Mustapha a obligé Mohamed de la laisser tranquille.
Le lendemain matin, Najat, en compagnie de sa mère, s’est rapidement rendue chez la police pour porter plainte. Le soir, Mustapha lui a téléphoné et lui a demandé de se rencontrer. Au rendez-vous, la police était sur le lieu. Mustapha a été arrêté, ainsi que son ami et complice. Traduits devant la chambre criminelle près la Cour d’appel de Settat, ils ont été condamnés à deux ans de prison ferme.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *