La vengeance mauvaise conseillère

La vengeance mauvaise conseillère

Nous sommes au douar Boumassehal, commune rurale de Sidi M’hamed Ben Lahcen, région de Tissa, province de Taounate. H. N. y a vu le jour, il y a trente-six ans. Il était encore très jeune quand il est tombé amoureux d’une jeune fille du douar. Seulement, sans raison apparente, il l’a tuée. Un crime qui lui a coûté vingt ans de réclusion criminelle. Mais ayant bénéficié de la grâce royale, il a été relâché cinq ans plus tôt. Libre, H. N. ne trouvait pas de quoi gagner sa vie ou, plutôt, ne voulait pas se donner beaucoup de peine pour la gagner. Bref, il a cherché une solution de facilité. Et quoi de mieux qu’une activité aussi lucrative que le trafic de drogue, une activité d’ailleurs qu’il avait déjà exercée avant d’être incarcéré. Balancé par ses complices et quelques consommateurs du haschich, des notes de recherche ont été lancées par les services de la gendarmerie royale de la région. Raison pour laquelle il a décidé de disparaître. Croyant que son affaire a été classée et que les limiers l’ont oublié, il réapparaît au mois de juin de l’année en cours. En fait, il a tort. Parce qu’il a été épinglé le jour même de son retour. «Sûrement quelqu’un a informé les gendarmes de mon retour», a-t-il conclu. Mais qui ? Il a tout de suite pensé à ses deux ennemis, son ex-beau-frère et son cousin. C’est ainsi qu’il a décidé de se venger.  
Traduit devant la chambre correctionnelle près le tribunal de première instance, il a écopé de trois mois de prison ferme. Sa relaxation avait eu lieu en septembre dernier. Mais il gardait toujours ce désir de vengeance. Seulement, il n’était pas pressé, ne dit-on pas que la vengeance est un plat qui se mange froid? Deux mois plus tard, jeudi 29 novembre, H. N. a décidé de passer à l’acte. Armé d’un couteau, il a attaqué, vers 20h, ses deux ennemis. Sur le champ, il a tué son cousin et blessé gravement son ex-beau-frère. Puis, il a disparu.
Le premier jour du mois courant, une information faisant état que le mis en cause est au douar El Gaâda est parvenue aux enquêteurs qui se sont aussitôt mobilisés. Une course- poursuite s’est engagée avec le mis en cause qui est arrivé à courir plus de 17 km. Puis, il a sauté d’une falaise d’une vingtaine de mètres de hauteur pour plonger dans un oued. C’est après qu’il a nagé tout au long de quatre kilomètres qu’il a été arrêté. Il attend son jugement par la chambre criminelle près la Cour d’appel de Fès.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *