L’affaire du meurtre des deux Françaises dont l’une d’origine marocaine : Le principal suspect dans le crime des deux jeunes touristes était sur les lieux

Gustavo Lasi, vingt-quatre ans, a reconnu «s’être trouvé sur les lieux du crime et a donné sa version des faits» concernant le meurtre de Cassandre B., 29 ans, et Houria M., 24 ans, a déclaré son avocat Horacio Morales au lendemain d’une audition du principal suspect par le juge d’instruction. Sa déclaration «a servi à éclaircir certains points», a précisé M. Morales. M. Lasi est le principal suspect dans le crime de deux Françaises dont l’une d’origine marocaine, dont les corps ont été retrouvés le 29 juillet dans le parc touristique de la Quebrada, à San Lorenzo, à 1.600 km au nord de Buenos Aires. M. Lasi, dont l’implication a été démontrée grâce à des traces de sperme sur le corps de la Franco-marocaine, Houria M., a avoué avoir été présent sur les lieux du crime pour la première fois devant le juge Martin Perez après avoir nié à deux reprises, a également déclaré à l’AFP Marcelo Baez, porte-parole du parquet. «Lasi a finalement avoué sa présence. Sa déposition est très importante pour l’enquête», a expliqué M. Baez, sans donner plus de détails sur le contenu de l’interrogatoire qui a duré deux heures et demi et s’est terminé à 20h30 (23h30 GMT). Une autre source judiciaire, citée par le quotidien el Tribuno de Salta, affirme que Gustavo Lasi aurait incriminé Daniel Vilte, 24 ans, et Santos Vera, 37 ans, deux autres suspects également emprisonnés. Par ailleurs, «Cassandre B., une des deux étudiantes retrouvées mortes, a été violée par plusieurs agresseurs avant d’être abattue», a révélé à l’AFP une source judiciaire proche de l’enquête. «Le profil génétique des prélèvements d’ADN effectués sur le corps de Cassandre B. ne peut être établi car il y a eu plusieurs violeurs», a déclaré cette source, citant le rapport des analyses ADN transmis par l’Université de Buenos Aires à la justice de Salta. Les autorités judiciaires avaient annoncé que les analyses ADN avaient confondu l’un des huit suspects arrêtés, Gustavo Lasi, dont du sperme avait été prélevé sur le corps de Houria M.. Celle-ci avait été agressée sexuellement sans être violée, selon les enquêteurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *