Le verre de trop

Le verre de trop

Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Mohamed, âgé de vingt-six ans, est célibataire, sans profession. Depuis qu’il a quitté l’école, il s’est jeté dans le gouffre de la délinquance. Il avait à peine une dizaine d’années quand il a rejoint les SDF apprenant par la même occasion la mauvaise manie d’inhaler la colle à dissolution. Son ami, qui est la victime, était son aîné de trois ans, qui avait entretenu une relation d’amitié depuis qu’ils se sont rencontrés, la première fois, dans les rues, surtout au centre-ville de Casablanca. Le vagabondage et la colle à dissolution les ont rendus inséparables. Au fil du temps, la colle a cédé la place à l’alcool et à la drogue. Les deux amis sont devenus des ivrognes et des drogués. Il était tout à fait normal donc qu’ils basculent vers les agressions à l’arme blanche. D’ailleurs, ils vont purger une peine d’emprisonnement de deux ans chacun après avoir été impliqués dans une affaire de vol qualifié. Quittant la prison d’Oukacha, ils ont repris leur activité d’agression. Plusieurs victimes sont tombées dans leurs filets. Mais, ils arrivaient toujours à échapper à la police.

«Nous habitons tous les deux dans une chambre de location avec des voisins au quartier Derb Soltane contre une somme de 700 DH», a expliqué Mohamed au président de la cour. En effet, cette chambre était la scène de ce crime.

Les deux protagonistes, Mohamed et son ami, ont déjà bu quelques bières quand ils étaient en compagnie d’un ami en commun qui les a quittés après. D’abord, il a été convoqué par la Cour pour présenter son témoignage qui ne semble pas être d’une quelconque utilité pour l’affaire. Car ce témoin qui a purgé également une peine d’emprisonnement de trois ans ferme pour complicité aux vols qualifiés est rentré chez lui avant que l’irréparable entre les deux amis ne soit arrivé. Mais, Mohamed a expliqué à la Cour que le problème c’était uniquement le verre de trop que son ami avait bu.

«C’était ma tournée…Il a bu successivement deux verres de vin», a expliqué Mohamed sur un ton plein de regret.

Un malentendu entre les deux, suivi d’échange d’invectives, puis les armes blanches. Et c’était un coup du couteau de Mohamed qui a percé la poitrine de son ami.

«Mais je n’avais pas l’intention de le tuer», a-t-il conclu avant que le dossier ne soit mis en délibérations.

Ce n’est peut-être qu’un verre, même de trop, mais il a carrément chamboulé le destin des deux amis dont l’un a été enterré et l’autre s’est retrouvé derrière les barreaux.

Verdict : Jugé coupable pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner, Mohamed a été condamné à 8 ans de réclusion criminelle.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *