L’erreur de la mort

Abdennassar, alias Laâouina, et Karim sont deux amis. Ils ne l’étaient pas quand ils étaient enfants, ni quand ils étaient à l’école. D’une part parce qu’ils n’avaient pas le même d’âge. Si Karim était à son vingtième printemps, Abdennassar était son aîné de quinze ans. Et d’autre part, ils n’étaient pas issus du même quartier. Le premier était né au quartier Essaâda, le second a vu le jour dans un quartier éloigné de plusieurs centaines de mètres du premier. Comment s’étaient-ils rencontrés? Quand Abdennassar a abandonné ses études en huitième année d’enseignement fondamental, il a chômé durant deux ans. Après quoi, il est devenu marchand ambulant. Au marché municipal situé au quartier Essaâda, il vendait les légumes et les fruits. Ce jeune homme très sympathique jouissant d’une bonne réputation au marché et toujours souriant déployait tous ses efforts pour gagner sa vie dignement. Il n’avait jamais de problème avec personne. Au contraire, il entretenait de bonnes relations avec les autres marchands ambulants du marché. Quant à Karim, quand il a quitté définitivement ses études en primaire, il a chômé durant quelques années pour rejoindre, ensuite, le marché. C’est là qu’il a fait la connaissance de Laâouina. Leur écart d’âge ne les a pas empêchés de devenir de vrais amis. Dès le matin, ils se rencontraient au marché de légumes en gros situé au quartier Bensouda pour s’approvisionner en marchandises. Après quoi, ils prenaient ensemble leur petit déjeuner et partaient à destination du marché municipal pour gagner leurs vies. Après la liquidation de leurs marchandises, ils passaient leurs temps au café et dans les quartiers de la capitale spirituelle. Bref, ils passaient ensemble presque tout leur temps. Malheureusement, leur amitié a fini dans le sang. Comment ? Comme dans tous les marchés, le souk municipal du quartier Essaâda connaît de temps en temps des scandales, des rixes, des bagarres entre les marchands ambulants.  Dernièrement, Abdennassar venait d’étaler sa marchandise quand un autre marchand ambulant, Mohamed, lui a demandé de s’éloigner de lui. Abdennassar qui n’a rien compris s’est révolté contre son protagoniste. Perdant tout contrôle de ses nerfs, ce dernier lui a donné un coup de poing. Laâouina n’a pas hésité à le pousser violemment pour le renverser sur sa marchandise. D’autres jeunes marchands ambulants sont intervenus pour défendre leur ami, Mohamed. Un comportement qui a poussé Karim à intervenir pour soutenir son ami, Laâouina. Karim a saisi un couteau et il s’est dirigé vers la foule.  Comme un fou, il a asséné un coup de couteau à  Mohamed. Et quand il s’est apprêté à lui donner un deuxième coup, il a planté son couteau au ventre de son ami, Abdennassar. Ce dernier s’est effondré. La foule s’est dispersée rapidement. Karim est resté bouche bée devant le corps de son ami. Il a tenté de le sauver. En vain. Laâouina avait déjà rendu l’âme. Regrettant son geste, Karim s’est fondu en larmes et a attendu l’arrivée de la police.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *