Les meurtriers d’un septuagénaire français devant le juge d’instruction à Meknès

Les meurtriers d’un septuagénaire français devant le juge d’instruction à Meknès

Nous sommes à Meknès. Mohamed est arrivé, vers le début de l’après-midi de ce dimanche 12 septembre, à la villa, située au quartier El Menzeh, qu’il gardait depuis quelques mois. La villa était occupée par un ressortissant français de soixante-dix ans, qui séjourne au Maroc depuis quelques années. Quand il y est rentré, il a remarqué que son employeur était corps sans âme, gisant dans une mare de sang, criblé de coups d’une arme tranchante. Aussitôt, il a alerté la police de la capitale ismaélienne. Des limiers sont arrivés et ont diligenté une enquête. Ils ont soumis aux interrogatoires le gardien, la domestique qui se charge du nettoyage de la villa et de la préparation des repas du Français et son amant, Hassan, puisqu’il est un homosexuel. Cependant, aucune preuve ne les a mis en cause. Par ailleurs, les policiers ont examiné le répertoire du téléphone portable de la victime. Le dernier appel reçu leur a mis la puce à l’oreille. Il a été émis par un certain Mourad. Identifié, celui-ci a été arrêté. Est-il le meurtrier ? Effectivement, puisqu’il a rapidement craché le morceau. Comment a-t-il commis son crime et pourquoi ? C’était le samedi 11 septembre, vers 21h, quand Mourad et un ami ont frappé à la porte de la villa du ressortissant français. Celui-lui les a reçus chaleureusement puisqu’il connaissait Mourad, l’un des jeunes qui partageaient avec lui, de temps en temps, le même lit. Au salon, ils ont commencé à picoler. Tout d’un coup, le Français a demandé à Mourad de le rejoindre à la chambre à coucher. Ils ont passé plus d’une demi-heure sur le même lit avant que Mourad ne retourne au salon. C’était son ami qui a rejoint, par la suite, le ressortissant français à la chambre à coucher. À ce moment, Mourad se préparait au crime. Comment? Il est entré à la cuisine et a saisi un couteau qu’il va dissimuler sous un fauteuil. Quelques moments plus tard, le ressortissant français et le jeune homme ont regagné le salon pour se soûler. À l’improviste, Mourad a saisi le couteau et a asséné un premier coup au côté droit de ses côtes, puis deux autres coups au niveau de sa poitrine et de son cœur et un quatrième coup au niveau de sa cuisse. Il a terminé sa sauvagerie par deux nouveaux coups au niveau de son cou. Le ressortissant français a rendu l’âme quelques secondes plus tard. Après avoir pris les clés, Mourad a commencé à fouiller l’armoire. Il a mis la main sur une somme de deux mille deux cents dirhams et cinquante-cinq euros. Vers 23 h, il a demandé à son ami de partir après lui avoir remis une petite somme d’argent. Et il est retourné à l’intérieur de la villa pour reprendre la fouille . Il n’y avait plus d’argent. Mais, il a dérobé un appareil photo, un téléphone portable, un PC portable et une jaquette en cuir. Il n’a quitté la scène du crime que le lendemain vers 9 h du matin. Il a pris l’autocar pour rentrer chez lui à Zerhoune. Les enquêteurs ont également arrêté son complice et son frère qui était au courant du meurtre et deux receleurs dont un gérant d’un cyber. Les cinq mis en cause ont été traduits devant la justice après la reconstitution du crime.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *