Leur dernière victime : une Française de 85 ans

Leur dernière victime : une Française de 85 ans

Ils sont deux jeunes hommes qui viennent d’être déférés, ce matin du samedi 8 octobre, devant le parquet général près la Cour d’appel d’Agadir. L’un est âgé de 26 ans et l’autre de 30. Le troisième membre est activement recherché par les éléments de la police judiciaire de la ville d’Agadir. Tous les trois constituent une bande de drogués, d’agresseurs et de cambrioleurs. Leur dernière opération remonte au mercredi 5 octobre. Ce jour là, minuit déjà passé, ils ont décidé de commencer leur sale besogne. Leur cible était déjà localisée : une villa située au quartier Cité Suisse occupée par une Française de 85 ans. Personne ne partageait avec elle la villa, même pas une bonne. Elle y vivait toujours seule. Rarement qu’un membre de sa famille venait de l’étranger pour lui rendre visite. Ce sont les informations que le trio a collectées avant de décider de passer à l’acte. Ils étaient tous les trois sous l’effet de la drogue quand ils ont pris le chemin à destination de la villa ciblée. Arrivés au quartier Cité Suisse, ils se sont approchés de la villa de la Française. Ils ont fait un tour autour d’elle. Rien à signaler. Il n’y avait même pas un veilleur de nuit. Le trio a escaladé le mur de la villa. Depuis le jardin, l’un des trois voyous a brisé la vitrine d’une fenêtre. Surprise par le bruit, la vieille femme s’est réveillée. Lentement, elle a quitté son lit. Mais, elle fut soudainement attaquée par un voyou qu’il lui assénait deux violents coups de poings. Et il l’a menacée avec un couteau. Elle a gardé le silence pendant que le trio a commencé à fouiller les quatre coins de la villa. Ils ont mis la main sur quelques bijoux en or, un téléphone cellulaire, un appareil photo professionnel et une somme d’argent. L’un d’eux a même tenté de la violer, mais les deux autres l’en ont empêché. Ils ont quitté la villa avec le butin dans les mains.
Les deux malfrats qui ont été arrêtés ont avoué avoir volé cinq cyclomoteurs. Ils ont précisé aux limiers de la PJ avoir revendu les bijoux en or à un bijoutier et le téléphone portable et l’appareil photo à deux femmes, marchandes de l’eau-de-vie (Mahia).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *