Machra Bel Ksiri : Il étouffe mortellement sa maîtresse séropositive et l’enterre

Machra Bel Ksiri : Il étouffe mortellement sa maîtresse séropositive et l’enterre

Nous sommes à Machra Bel Ksiri, province de Sidi Kacem. Ce jeune homme se dépêche, ce jour du mois courant, au  commissariat du 2ème arrondissement de police. Se tenant devant le chef, il lui révèle que son oncle, alias Bouderbala, aurait tué sa maîtresse.

Le chef lui demande les raisons qui le poussent à favoriser cette hypothèse de meurtre. Et il les lui donne. Prenant ses paroles au sérieux, les limiers entament une enquête en cherchant, d’abord, Bouderbala. Ils se rendent aussitôt chez lui, au quartier Le Bloc, situé sur la Route du Souk hebdomadaire de Tlath. Ils frappent à la porte. Personne n’ouvre. Un voisin les informe qu’il est sorti depuis plus de deux heures. Où se serait-il rendu ? Les flics le cherchent dans les quatre coins de la ville pour le trouver enfin dans une ferme, en compagnie de ses quatre amis. Ils les conduisent tous les cinq au commissariat pour les soumettre aux interrogatoires. L’un des quatre amis de Bouderbala intervient pour expliquer que lui et ses trois amis n’ont rien à avoir avec l’affaire de meurtre tout en précisant que lui seul a déjà vu le cadavre de la jeune femme étendu sur le lit à la chambre à coucher.

Les enquêteurs se dépêchent aussitôt sur le domicile de Bouderbala pour effectuer une perquisition. Ils ne trouvent pas le cadavre de la jeune femme, mais ils trouvent sa carte d’identité nationale sur la terrasse. Ce qui prouve que la jeune femme se trouvait sur les lieux avant de disparaître. Bouderbala ne dit pas le contraire. Et il avoue également sans regret avoir étouffé de ses deux mains sa jeune maîtresse et l’avoir enterrée, avec la complicité de ses amis, sous les cendres de charbon rejetés par l’usine de sucre installée dans la région. Pour quel mobile ? Bouderbala affirme aux enquêteurs que sa maîtresse lui a révélé qu’elle était séropositive. Bref, elle est atteinte du Sida. Croyant qu’elle l’a contaminé, il a décidé de se venger d’elle en la tuant.

Le cadavre a été exhumé pour être mis entre les mains du médecin légiste à la morgue de l’hôpital de Sidi Kacem qui doit l’autopsier et déterminer les causes de la mort.

Quant à Bouderbala et ses quatre amis, ils sont traduits devant le parquet général près la Cour d’Appel de Kenitra.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *