Marrakech : un homme tue sa femme

Tous les Marrakchis parlent encore de Derb Lahjar dans le quartier Bab Doukkala. C’est sur la terrasse de l’une des maisons de ce quartier que l’enfant, Ahmed Yassine, âgé de six ans, a vécu durant trois ans avec des chats et des chiens avant que le scandale n’éclate au grand jour début juin dernier.
À quelques mètres de cette maison, vivait une jeune mère de famille, Kaoutar, 23 ans, qui, quand elle a entendu l’histoire d’Ahmed Yassine et ce qui lui est arrivé des mains de sa mère adoptive, n’a pas cru ses oreilles. Mais elle n’a pas pu sortir de chez elle pour savoir plus de détails sur l’affaire. Elle était enceinte et il ne lui restait que six jours pour mettre son deuxième enfant au monde. Elle a eu une première fille, d’un premier mariage, âgée de quatre ans. Née en 1983, elle est tombée amoureuse d’un jeune Marrakchi alors qu’elle était adolescente.
Une histoire d’amour qui a fini par un premier mariage. Elle n’était qu’à son dix-huitième printemps. Certes, elle était très contente puisque son rêve de vivre sous le même toit en compagnie de son bien-aimé venait d’être réalisé. Et la petite fille qui est venue quelques mois plus tard égayer leur foyer l’a rendue encore plus heureuse. Malheureusement, elle n’a jamais imaginé que ce bonheur n’allait pas durer. Au fil des jours, les querelles et les disputes ont commencé à envenimer leur relation conjugale au point qu’ils ne pouvaient plus continuer à partager le même foyer. Et leur relation a fini par prendre fin. Ils divorcent.
Quelques mois plus tard, Kaoutar a noué une relation avec Ismaël. Ce dernier était à son vingt et unième printemps. La relation amoureuse entre Kaoutar et Ismaël s’est très vite développée pour arriver au stade du mariage. Ismaël qui se débrouillait pour gagner sa vie n’a manifesté aucune objection pour que sa belle-fille partage avec eux le même foyer. Bien que sa répudiation n’ait duré que quelques mois, Kaoutar est arrivée à oublier son premier mariage pour se consacrer à sa petite fille et son nouvel époux. Avec abnégation, ce dernier s’intéressait à son petit foyer. Seulement, il a commencé de plus en plus à tourner le dos à la besogne pour se consacrer à la drogue et aux boissons alcoolisées. Pourquoi ? Personne n’en sait rien. Ni Kaoutar ni ses parents ne sont arrivés à le remettre sur le bon chemin. Ismaël a continué à se livrer à la drogue et à l’alcool au point qu’il est devenu agressif et cruel.
Octobre 2005, Kaoutar est tombée enceinte. Cette bonne nouvelle a rendu Ismaël très heureux. Mais, elle ne l’a pas encouragé à changer de comportement. Il a continué à se droguer et à s’enivrer sans se préparer pour assumer ses responsabilités de futur père.
Le jeudi 8 juin, Kaoutar a accouché d’un nouveau-né. Son mari, sa petite fille et sa famille partageaient avec elle la joie. Une petite fête a été organisée pour l’occasion. Mais tout a été chamboulé vingt jours après. Suite à une dispute conjugale, mercredi 28 juin, Ismaël, armé d’un couteau assène deux coups à Kaoutar ; un premier au niveau du cœur et un second au niveau de l’épaule. Un cri strident a été lancé par la mère de deux enfants qui a tenté d’échapper à autres coups de couteau en courant vers la porte de la maison. Là, elle est tombée. Alertés, les éléments de la protection civile se sont déplacés sur les lieux pour transporter Kaoutar à destination de l’hôpital Ibn Tofaïl. Malheureusement, elle a rendu l’âme avant d’arriver aux Urgences. Pour quel mobile l’a-t-il tuée ?  Quelques témoins ont attesté qu’Ismaël a demandé à son épouse de lui verser une partie de l’argent qu’elle a reçu comme cadeaux pour acheter de la drogue.
Quand elle a refusé, il s’est énervé et a fini par la tuer à coups de couteau. D’autres ont expliqué qu’il a tenté de prendre son nouveau-né entre ses bras, alors qu’il était en état d’ivresse. Quand sa femme l’a remarqué, elle a tenté de l’en empêcher. Un comportement qui l’aurait rendu furieux.
Et quand il a été arrêté par la police, il a avoué l’avoir tuée parce qu’elle avait changé de comportement à son égard après son accouchement. Elle ne s’intéressait plus à lui, a-t-il déclaré à la police. En tout cas, les victimes de ce drame demeurent les deux enfants qui se retrouvent désormais privés de leurs parents.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *