Marrakech : une membre du Lions Club gravement agressée

Mercredi 28 avril, une enseignante et membre du Lions club Marrakech Atlas a été agressée alors qu’elle s’était déplacée avec une amie pour prendre des photos d’un terrain lui appartenant, situé à une vingtaine de kilomètres de Marrakech. «Nous étions sur les lieux vers 15h30. Je voulais prendre des photos du terrain que je souhaite mettre à la disposition du Lions Club dans le cadre d’un projet social (une ferme pédagogique pour les enfants atteints de trisomie)», déclare t-elle. Et de poursuivre : «J’ai pris une première puis une seconde photo et une voiture d’un couple étranger se dirigeait vers nous. L’individu, de nationalité française et qui devait avoir les 45 ans est sorti de la voiture et a commencé à crier à haute voix en disant que je n’avais pas le droit d’être là». L’homme en question a pris l’appareil-photo et les clés de la voiture. «Alors que j’essayais de me débattre pour reprendre les clés de ma voiture et mon appareil- photo, il m’a donné un coup de coude dans l’œil, m’a craché sur le visage à plusieurs reprises et m’a déchiré mes vêtements. Il m’a traité de prostituée et a proféré des insultes contre les plus hautes instances du pays», affirme-t-elle. En arrivant près de la maison de l’individu située près du terrain, il est allé jusqu’à donner l’ordre à son jardinier de la frapper si elle ne quittait pas les lieux. «J’ai laissé la portière de la voiture ouverte et je me suis enfuie vers une maison située à une centaine de mètres. Il y avait un jardinier qui est venu à mon secours. Nous avons alors appelé la présidente du Lions Club Marrakech Atlas et la gendarmerie royale», raconte-t-elle. Dix minutes plus tard, les gendarmes se sont dépêchés sur les lieux. Ils ont interrogé toutes les personnes présentes et ont pris l’appareil-photo pour voir ce qu’il contenait. «Ils m’ont remis les clés de ma voiture et ont ordonné à l’individu, à son épouse et au jardinier de se rendre à la gendarmerie de Oulad Hassoun dans la demi-heure qui suit. Devant les gendarmes, il a commencé à s’excuser en leur déclarant qu’il ne savait que j’étais la femme du propriétaire du terrain. Mais pour moi, il n’est pas question d’accepter ces excuses. Je me battrais jusqu’au bout», dit-elle. La jeune femme a déposée plainte. Un certificat médical d’arrêt de travail de 36 jours lui a été délivré par l’hôpital militaire de Marrakech. L’audience au tribunal devait avoir lieu hier, lundi 3 mai à 16h00. «Le lundi matin, je l’ai vu en compagnie des gendarmes dans un état pitoyable», conclut-elle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *