Meknès : Dix ans de prison pour avoir tué son beau-fils

Meknès : Dix ans de prison  pour avoir tué son beau-fils

Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Meknès. Au box des accusés, se tient une femme, quinquagénaire. Poursuivie pour avoir donné un coup mortel à son beau-fils, âgé de quarante ans, elle n’arrête pas de clamer son innocence tout au long du procès.

En effet, elle vivait uniquement en compagnie de son beau-fils, à Hay Al Amal, dans la région de Boufakrane située entre Meknès et El Hajeb. Son mari est un ressortissant marocain en France qui ne leur rendait visite que lors des vacances d’été. De coutume, son amie et voisine l’appelait par la fenêtre chaque matin pour s’enquérir de sa santé. Seulement, ce jour-là, elle n’a pas répondu à son appel. Elle devait plonger dans un profond sommeil, pensa-t-elle. Elle a ainsi rebroussé chemin avec l’intention de la rappeler ultérieurement. Mais cette fois-ci encore elle n’a pas répondu, de même que son beau-fils. Etrange.

L’amie a fait appel à ses voisins afin de savoir ce qui est arrivé à la femme et à son beau-fils. En regardant à l’intérieur de la maison, ils ont remarqué la quinquagénaire gisant à terre avec des traces de vomissement sur sa joue. Mais, il semblait qu’elle était encore en vie. C’est la raison pour laquelle ils l’ont sollicitée de faire un petit effort pour leur ouvrir la porte. Elle y est arrivée et les voisins sont entrés pour découvrir également le beau-fils à terre avec une grave blessure au niveau de la tête. Ont-ils perdu connaissance suite à une fuite d’une bonbonne de gaz ? A l’hôpital Mohammed V, à Meknès, le beau-fils a rendu l’âme. Les gendarmes ont entamé une enquête. L’autopsie a conclu que le défunt est mort suite à une hémorragie interne causée par un coup d’un objet solide au niveau de la tête. Sa belle-mère a nié l’avoir frappé. L’enquête a révélé que la belle-mère n’était ni malade, ni avait perdu connaissance et que les bonbonnes de gaz de la maison étaient toutes fermées. Les enquêteurs ont également découvert dans la maison deux coutelas, deux couteaux et un bâton. Et pourtant, elle a continué à se disculper. Mais, la Cour l’a jugée coupable et l’a condamnée à 10 ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *