Meknès : Une sexagénaire condamnée à 10 ans de réclusion criminelle pour meurtre

Meknès : Une sexagénaire condamnée à 10 ans de réclusion criminelle pour meurtre

A. B, âgée de soixante-cinq ans, se tient au box des accusés, à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Meknès. Elle est poursuivie pour homicide volontaire sur la personne de son beau-fils, âgé de quarante ans. Mais, elle nie en bloc cette accusation tout en expliquant à la cour qu’il n’y a pas de raison pour se débarrasser de lui en le tuant.

En effet, cette femme, épouse d’un ressortissant marocain en France, demeurait, en compagnie de son beau-fils, H.L, dans un domicile du quartier Al Amal, à Boufakrane, une ville située entre Meknès et El Hajeb. Mais, tous leurs voisins et proches sont au courant qu’ils étaient toujours en désaccord et en dispute. Bref, l’un était l’ennemi de l’autre. Une de leurs voisines n’a pas rejeté l’hypothèse que la cause n’était autre que ces éternelles querelles.

Elle a affirmé avoir appelé A. B, le matin vers 11 h, sans avoir de réponse. En remarquant que la porte du domicile de A. B était entrouverte, elle l’a poussée pour entrer et découvrir sa voisine et son beau-fils étendus par terre, sans connaissance. Que s’était-il passé ? La femme a alerté les autres voisins pour la rejoindre. Ils ont remarqué des vomissements juste à côté de M. B et des traces de sang maculant le visage de H. L. Les gendarmes et les éléments de la protection civile se sont dépêchés sur les lieux. Les deux victimes ont été évacuées vers le service des urgences de l’hôpital Mohammed V, à Meknès.

Mais le beau-fils, H. L, est mort. Quant à la sexagénaire, elle, a repris connaissance pour affirmer qu’ils ont été étouffés suite à une fuite de gaz. Alors que les enquêteurs n’ont détecté aucune fuite.  De plus, le rapport de l’autopsie a conclu que la mort du défunt est survenue suite à une hémorragie cérébrale interne causée par un coup très fort d’un objet au niveau de la tête ou bien d’une chute libre. De même, lors de la perquisition, les enquêteurs ont saisi chez la mise en cause un sachet renfermant deux coutelas, deux couteaux, un bâton et un chiffon blanc maculé de sang. Et pourtant, elle a continué à se disculper.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *