Mère célibataire, elle tue son nouveau-né

Mère célibataire, elle  tue son nouveau-né

Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour de Casablanca. Vêtue d’une djellaba noire, un foulard blanc orné de roses rouges, cette jeune femme de vingt-huit ans se tient dans le box des accusés. Elle pleure, bouleversée durant toute la durée de l’examen de son affaire relative à un crime d’infanticide. En effet, elle exprime son regret de l’avoir commis. «Mais, c’était plus fort que moi, M. le président», balbutie-t-elle sur un ton inaudible. Le président de la Cour lui affirme que rien ne justifie un crime de meurtre.

Issue d’une famille indigente de la région de Safi et abandonnant l’école au primaire, elle a rejoint sa tante à Casablanca alors qu’elle avait dix-huit ans. Elle avait l’intention de chercher un emploi lui permettant de gagner dignement sa vie. En tant que femme de ménage, elle a été recrutée dans une société de gardiennage et de nettoyage. Quelques mois plus tard, elle a loué une chambre avec une voisine. À son âge, chaque fille rêve de plaire à un homme et d’avoir un jour un foyer et des enfants. Effectivement, elle a entretenu quelques relations amoureuses. «La dernière relation remonte à plus d’une année», affirme-t-elle toujours les larmes aux yeux.

Elle partageait le même lit avec son bien-aimé qui lui a promis monts et merveilles. Cependant, il lui a tourné le dos quelques mois plus tard quand elle est tombée enceinte. Que devait-elle faire? En fait, elle ne savait pas à quel saint se vouer. Elle a gardé son secret en attendant une solution. Elle était seule, la nuit, dans sa chambre quand elle a mis au monde un bébé. Personne de ses voisins ne s’est rendu compte de sa grossesse ni du bébé qui venait de voir le jour. Aussitôt, elle a pensé qu’elle ne pouvait en aucun cas le garder. La solution ? Elle l’a étouffé à l’aide d’un oreiller. Le lendemain matin, elle l’a mis dans une serviette et l’a jeté dans une poubelle du quartier. Un éboueur l’a trouvé dans la poubelle. Il a alerté la police. La mère infanticide est alors arrêtée et traduite devant la justice.

A la fin de l’examen de son dossier, la Cour l’a condamnée à 3 ans de prison ferme après avoir bénéficié des circonstances atténuantes. Alors que le jeune homme qui a passé avec elle les belles nuits sur le même lit n’a plus donné signe de vie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *