Meurtre sur fond de jalousie

Meurtre sur fond de jalousie

Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Nadia, une jeune femme de trente-et-un ans se tient dans le box des accusés pour une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner. Rares sont les femmes qui se trouvent impliquées dans des affaires de meurtre.

Nadia en est une qui, par erreur, comme elle a expliqué par la suite à la Cour, a tué son amie, Rajae, une jeune fille de vingt-huit ans, célibataire, sans profession. «C’était par erreur M. le président… Je ne voulais pas la tuer», précise-t-elle à la Cour après avoir cessé de sangloter. «Elles étaient des amies… Je ne sais pas ce qui leur est arrivé pour que cette relation finisse ainsi», explique, amère, la mère de la défunte qui présente son témoignage.

«Nadia était, dans la plupart du temps, chez moi», ajoute la mère de la défunte, Rajae. Dès que Nadia a su qu’elle entretenait une relation d’amour avec un jeune homme, Rajae a changé de comportement. Elle était visiblement jalouse. «Elle me reprochait le fait de ne plus sortir ensemble comme auparavant et d’accorder plus de temps à mon fiancé qu’à elle», explique Nadia qui regrette d’avoir perdu ses nerfs lors d’une discussion entre elles.
«Je lui ai fait comprendre que j’aime mon fiancé et que c’est normal que je lui accorde plus de temps», ajoute-t-elle à la Cour tout en affirmant que son amie, Rajae, a fini par la gifler. «Je n’ai jamais imaginé qu’elle me giflerait un jour», répond Nadia.

Son fiancé qui se tient à côté de l’assistance ne pipe le moindre mot. Il suit avec attention l’interrogatoire de sa fiancée. «Hors de moi, je l’ai fortement poussée jusqu’à la renverser», ajoute Nadia qui regrette son geste.

Tombée par terre, le sang coulait de sa tête. Une ambulance est arrivée pour évacuer la jeune fille aux services des urgences de l’hôpital Ibn Rochd. Mais, à mi-chemin, elle a rendu l’âme. Nadia était déjà entre les mains de la police qui l’a accusée de coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *