juin 27, 2017

Moulay Yaâcoub : Victime d’un meurtre ou d’un chauffe-d’eau

Moulay Yaâcoub : Victime d’un meurtre ou d’un chauffe-d’eau

Nous sommes lundi 10 avril. Tôt le matin, au niveau de la RN n°8 reliant Fès à Meknès, non loin d’un café du patelin Daouyate situé dans la localité de Sbaâ Rouadi relevant de la ville thermale Moulay Yaâcoub, le cadavre d’une jeune fille a été découvert par des habitants de la région.

A côté du cadavre, il y avait un vélomoteur. Alertés, les éléments de la gendarmerie royale, accompagnés par les éléments de la brigade scientifique et technique, se sont dépêchés sur les lieux pour effectuer, tout d’abord, un constat d’usage. En effet, la jeune fille semble être passée de vie à trépas il y a plus d’une demi-douzaine d’heures tout en remarquant une blessure au niveau de son front et sa tête. Aussitôt, le cadavre a été évacué vers la morgue de l’hôpital Al Ghassani, à Fès. Et l’enquête a démarré pour identifier d’abord la jeune fille.  Les enquêteurs ont commencé à chercher à qui appartenait le vélomoteur retrouvé à côté du cadavre. A la victime ? A une autre personne qui a pris la fuite ? Les investigations vont révéler que la jeune fille était une serveuse dans un café situé au quartier Essaâda et qu’elle ne disposait pas de vélomoteur. L’enquête a permis de savoir qu’elle a terminé sa tâche, la veille, dimanche 9 avril, vers 18 h, pour accompagner un jeune homme qui l’attendait près du café. Serait-il le propriétaire du vélomoteur ? Peut-être. Avant de reprendre les recherches, un jeune homme, âgé de trente-quatre ans, s’est présenté, le même jour de la découverte du cadavre, lundi 10 avril, mais vers le soir, devant les gendarmes pour leur affirmer que la fille qui s’est retrouvée corps sans vie était en sa compagnie.

Il a précisé qu’il venait d’entretenir une relation amoureuse avec elle. Dimanche 10 avril, quand elle a terminé son emploi, elle l’a accompagné chez lui pour passer ensemble de bons moments. Après, il s’est laissé aller à un profond sommeil alors qu’elle entra prendre une douche dans la salle de bains. Mais, plus d’une trentaine de minutes plus tard, il s’est réveillé et entendit des gémissements. En rejoignant sa copine, il l’a découverte gisant par terre, respirant difficilement. Il a précisé aux gendarmes qu’une odeur de gaz lui a piqué le nez. Aussitôt, il a tenté de la conduire vers le service des urgences de l’hôpital de la région, mais il a fini par la jeter non loin du café du patelin Daouyate tout en essayant de maquiller l’affaire en un accident de circulation. Le jeune homme a été gardé en détention préventive. Mais, l’enquête n’est pas encore close. Le rapport d’autopsie n’a pas été rédigé pour savoir si la jeune fille a été tuée ou fut victime de gaz d’un chauffe-eau.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *