Pédophile et père incestueux

Pédophile et père  incestueux

C’est ici qu’habite cette famille qui a conduit, le jeudi 23 octobre, leur fille de quatorze ans vers le poste de la gendarmerie royale pour porter plainte contre un quinquagénaire qui a abusé sexuellement de la fille. Se tenant devant le chef, cette dernière lui affirme qu’elle gardait leur troupeau quand elle a été surprise par leur voisin, père de famille, qui s’approchait d’elle. Tout d’un coup, sous la menace, il l’a obligée à l’accompagner vers une forêt de la région.

Là, il l’a dénudée et l’a violée. L’examen médical atteste qu’elle a été abusée sexuellement. Pire encore, la fille ajoute qu’elle n’était pas la seule fille victime de ce père de famille. Qui sont donc les autres victimes ? Ses deux sœurs et sa cousine, répond-elle. Et la liste ne se limite pas à cela. La fille précise que ce quinquagénaire est également un père incestueux puisqu’il abusait sexuellement de ses deux filles.

Rapidement, le chef alerte le parquet général près la Cour d’appel de Taza qui donne ses instructions pour qu’il soit mis entre les mains du commandement de la gendarmerie royale de la même ville. Une enquête minutieuse commence en auditionnant tout au long du vendredi et samedi, 24 et 25 octobre, les victimes, à savoir la plaignante, ses deux sœurs, sa cousine et enfin les deux filles du violeur, toutes mineures, âgées entre 12 et 17 ans. Toutes déclarent avoir fait l’objet d’abus sexuels commis par ce père de famille. Ses deux filles affirment qu’il les obligeait à coucher avec lui depuis quatre ans en les menaçant de meurtre si elles  divulguaient son secret.

En apprenant que les gendarmes enquêtaient sur l’affaire, ce père de famille disparaît de chez lui et du douar. Où est-il allé ? Personne n’en a la moindre idée. Mais les enquêteurs entament une surveillance permanente sur tous les coins qu’il fréquente. Et enfin, il est arrêté, le dimanche 26 octobre, alors qu’il s’apprêtait à entrer chez lui. Soumis aux interrogatoires, il avoue être pédophile et père incestueux.

Mardi 28 octobre, il a été traduit devant le parquet général près la Cour d’appel de Taza qui décide sa mise en détention préventive.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *