Père de famille, coiffeur et pédophile

Père de famille, coiffeur et pédophile

Nous sommes à Casablanca. La femme n’en croit pas ses yeux. Elle a l’air hagard, hébété. Elle est là, plantée sur place, médusée. Ce qu’elle voit dépasse son imagination. Son fils de neuf ans est en train d’abuser sexuellement de son frère ? Quand il se rend compte que sa mère est là, le fils s’arrête net. Aucune parole ne fuse. Silence absolu. La mère ne sait pas quoi faire. Le fils se tient devant elle, raide comme un piquet.  Que s’est-il passé pour qu’on arrive à abuser sexuellement de son frère ? Pire encore.

Elle  va très vite apprendre  que son fils abusait également de son deuxième frère. La mère finit par parler. Elle demande des explications à son fils. Baissant la tête, l’enfant de neuf ans crache le morceau: «C’est ce que le coiffeur me fait souvent chez lui». La mère est choquée. Elle  n’en croit pas ses oreilles. Comment son voisin, un père de quatre enfants, abusait-il de son fils? Et depuis quand? Cette mère de trois enfants décide alors de conduire son fils chez un médecin qui lui a remis un certificat médical attestant que son fils avait fait l’objet de multiples abus sexuels. Ensuite, la mère de famille a conduit, mercredi 3 septembre 2014, son fils au commissariat de police, district de Hay Hassani, connu communément sous le nom de «Dar El Hamra» (La maison rouge). Elle porte plainte contre son voisin, ce père de famille, âgé de 46 ans, coiffeur de son état. Les éléments de la PJ de ce district se sont rendus chez le coiffeur et l’ont arrêté. Soumis aux interrogatoires, il a tout avoué.

On apprend alors qu’il y a deux ans, quand l’enfant avait sept ans, ce coiffeur a commencé à abuser sexuellement de lui. Il profitait de l’absence de sa femme pour demander à ses enfants d’aller jouer sur la terrasse afin de rester seul avec l’enfant et abuser de lui. L’enquête a aussi révélé que le coiffeur photographiait ses actes sexuels avec l’enfant qu’il gardait sur son PC. L’enquête a également démontré que ce coiffeur invitait de temps en temps des homosexuels pour des séances de sexe collectif chez lui.  Sur son PC, son iPhone et son iPad, les enquêteurs ont découvert des centaines de photos pornographiques prises par lui.  Samedi dernier, le coiffeur a été traduit devant la Cour d’appel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *