Pour 200 DH, ses amis le tuent et jettent son corps dans un lac

Pour 200 DH, ses amis le tuent  et jettent son corps dans un lac

Dimanche 6 novembre, Abdel. H, âgé de vingt-huit ans, demeurant au quartier Smaâla, à Settat, responsable dans une société de nettoyage, a disparu.

Il est sorti en début d’après-midi de chez lui. Où est-il passé ? Sa famille l’a cherché partout. Personne ne lui a donné de nouvelle. Même à son boulot, personne ne l’a vu… Se rendant à l’évidence, sa famille a fini par alerter la police en déposant une réclamation de «recherche en faveur de la famille ». Les jours passaient et toujours pas de nouvelles de leur Abdel. H.

Mardi 15 novembre, vers 10 h du matin, le cadavre d’un jeune homme flotte sur l’eau d’un lac du barrage Koudiat El Garn, province de Settat. Les habitants de la région l’ont repêché avant d’alerter la gendarmerie royale. En recourant à la science, les limiers de la gendarmerie ont révélé que le cadavre découvert au lac appartenait à la personne recherchée par sa famille depuis une dizaine de jours. Les pieds et les mains du défunt étaient ligotés et il s’est avéré que sa mort est survenue suite à un étouffement. Bref, il s’agit d’un crime et non d’un accident.

Les investigations entamées par les gendarmes se sont soldées par l’arrestation, mercredi 16 novembre, de deux des amis du défunt. Il s’agit de N. M et A. Z, deux employés à la société de nettoyage dont le défunt est responsable.

Soumis aux interrogatoires, ils ont avoué avoir accompagné Abdel. H, le 6 novembre, dans l’après-midi, vers un café du centre-ville, à Settat, avant d’aller à bord de leurs vélomoteurs jusqu’à Koudiat El Garn  afin de passer ensemble de bons moments entre amis. Là, les deux mis en cause conviennent d’agresser leur ami. Aussitôt, l’un d’eux lui assène un coup de pierre au niveau de la tête. Perdant connaissance, ils lui subtilisent une somme de 200 DH, son smartphone et un blouson. Après quoi, ils lui ligotent les mains et les pieds par sa chemise, l’attachent ensuite à une pierre de plus de quatre kilos et le jettent dans le lac.

Samedi dernier, 19 novembre, les deux meurtriers ont été traduits devant le parquet général près la Cour d’appel à Settat, poursuivis pour homicide volontaire avec guet-apens et préméditation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *