Pour avoir un mari et des enfants, elle a coupé les deux oreilles d’un enfant «Zouhri»

Pour avoir un mari et des enfants, elle a coupé les deux oreilles d’un enfant «Zouhri»

Fatima n’avait qu’un seul rêve dans sa vie : avoir un mari et des enfants. Ni plus ni moins. Le temps passe vite. Son âge dépasse la trentaine. Et elle ne pouvait plus attendre un jour de plus. Jusqu’à quand pouvait-elle attendre un homme qui viendrait taper à sa porte pour la demander en mariage ? Jusqu’à ce qu’elle arrive à la quarantaine ? Non. Elle devait réagir. C’est du moins ce qu’elle avait décidé. Mais comment ? Elle ne savait rien. Ce qui importait pour elle c’était d’arriver à avoir une solution, à réaliser son rêve, à avoir un mari et des enfants. C’est à Tazarine, dans la région de Zagora, que Fatima est née et a grandi. C’est là qu’elle était invitée à maintes reprises aux nuits de noces organisées par plusieurs filles de son douar, ses cadettes de plusieurs années. Pourquoi pas elle ? Elle devait sûrement avoir une solution. Laquelle ? Une amie à elle lui a confié qu’il y a un fkih spécialisé dans ces affaires de mariage. A chaque fois qu’une fille célibataire se rend chez lui, un homme la demande en mariage au bout d’une semaine, pas plus. «Ce fkih est à Tarmigt dans la région d’Ouarzazate», lui a confié l’amie, mère d’une famille. Pour avoir un mari, rien n’est impossible pour Fatima. S’il est nécessaire, elle parcourrait même les océans pour en avoir. Alors que Zagora n’est pas loin de Ouarzazate, elle pouvait même traverser à pied le trajet qui les sépare.
L’argent à la poche, le lendemain, elle a pris un autocar. Sa destination était effectivement Ouarzazate. Quelques heures plus tard, elle y est arrivée. Plus elle est partie pour Tarmigt. Pressée, elle est arrivée au domicile du fkih, qui n’était pas originaire du douar. Quand elle a frappé à sa porte, il lui a ouvert et l’a accueillie chaleureusement. Dans une chambre, Fatima fut assise et elle a commencé à raconter son mauvais sort au fkih. «Tu auras, Inchallah, ce que tu cherches…», l’a-t-il rassurée quand elle a terminé son histoire. Il lui a donné un seul conseil : «Tu dois t’armer de patience. Car, ça prend du temps, mais tu atteindras ton objectif si Dieu le veut». Il lui a écrit des talismans et lui a demandé de retourner chez lui dans quelques jours. Depuis, elle a commencé à lui rendre visite, à empocher des talismans et des encens et à lui verser de l’argent. En fait, elle était très généreuse. Pour elle, peu importe l’argent. Le plus important est d’avoir un mari et un enfant. Et le fkih n’a pas pu la relâcher puisqu’elle paie généreusement. Mais, il devait avoir une ruse pour qu’elle continue à lui verser de l’argent. Enfin, une idée géniale lui a passé par la tête. «Le djinn chargé du mariage t’a demandée une dernière chose pour avoir un mari et des enfants : les deux oreilles d’un enfant «Zouhri» de sept ans », lui a-t-il affirmé. Un enfant «Zouhri» est un mineur qui n’a pas encore atteint l’âge de la puberté possédant, soit des yeux très clairs et différents l’un de l’autre, soit une ligne continue traversant la paume de la main, soit des cheveux en tourbillon ou encore une petite tâche au fond de l’iris. Le fkih croyait qu’elle ne pouvait pas exécuter son ordre et qu’elle continuerait à lui donner de l’argent pour lui chercher une autre solution. Il ignorait que pour les beaux yeux du prince charmant, elle pouvait même tuer un enfant. Une semaine plus tard, elle a kidnappé un enfant du douar Tarmigt, Ayoub, âgé de sept ans, et lui a coupé les deux oreilles avant de le relâcher. C’était horrible. Les gendarmes ont été alertés. Fatima a été arrêtée en avril. Le fkih en cause n’a plus donné signe de vie. Fatima a été traduite devant la chambre criminelle près la Cour d’appel d’Ouarzazate et condamnée à la fin du mois de mai à cinq ans de réclusion criminelle assortie d’une amende de 200 mille dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *