Pour quelques moments de plaisir… Elles se font séquestrer

Pour quelques moments  de plaisir… Elles se font séquestrer

Nous sommes à El Jadida. Ce jeune homme, futur enseignant qui poursuit ses études au Centre pédagogique régional, s’empare de son portable qui lui signale un SMS étrange. «Sauve-moi», lit-il dans un premier message. C’est une amie étudiante à l’Institut spécialisé de technologie appliquée qui l’envoie. Il ne lui répond pas. «Elle plaisante», pense-t-il. «Fais quelque chose, je suis en danger», indique un deuxième SMS envoyé par la même fille. Il l’oublie très vite croyant qu’elle plaisante toujours. En compagnie de quelques amis, il s’attable, le soir de ce jour du mois de novembre, dans un café. Ils sirotent leur café et thé à la menthe tout en discutant. Tout d’un coup, il reçoit un troisième SMS où il lit : «Je t’en supplie, sauve-nous, moi et mon amie». Encore une fois il reste passif pensant toujours qu’il s’agit d’un canular. Et les SMS se succèdent sur son téléphone. Il est dix-neuf heures passé. Durant une soixantaine de minutes, il a reçu plus d’une vingtaine de SMS où son amie lui demande d’alerter les gendarmes pour les sauver. Dès lors, il essaie de l’appeler. Mais de l’autre côté on raccroche très vite. Il n’en fallait pas plus pour lui mettre la puce à l’oreille. Enfin, il décide de faire quelque chose. Il se rend chez les gendarmes d’El Jadida. Il leur raconte l’histoire de sa copine et de ses SMS. Où est-elle ? Et comme par hasard, vers 21h00, arrive un dernier SMS qui indique le coin où elle se trouve : «Je suis séquestrée avec mon amie au Douar El Ghorba», a-t-elle écrit. Ce douar se trouve à la commune rurale Khemis Mtouh. Les gendarmes d’El Jadida alertent leurs homologues d’Ouled Frej où se situe la commune. Ils se mobilisent et essaient de ne pas perdre de temps. Une fois arrivés au douar, ils procèdent à un ratissage minutieux de ses quatre coins, ce qui leur a permis de  localiser une baraque. Une descente rapide a eu lieu. Les deux jeunes filles sont en fait séquestrées par cinq personnes dont deux jeunes filles qui s’enivrent et se droguent.
Les deux victimes ont-elle été kidnappées ? «Non», répondent-elles aux enquêteurs. À El Jadida, elles ont fait la connaissance de deux des cinq personnes. Ils ont décidé de passer toute l’après-midi ensemble dans la baraque. Mais, un troisième jeune homme et deux jeunes filles les ont rejoints et les ont empêchées de retourner chez elles. De plus ils ont obligé chacune d’elle à coucher avec les trois jeunes hommes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *