Pour réaliser leur rêve, ils braquent une bijouterie

Pour réaliser leur rêve,  ils braquent une bijouterie

Ce sont quatre amis qui viennent de sortir de l’adolescence : R. Z. est l’aîné des quatre, 25 ans, le benjamin n’est autre que B.B avec ses 20 ans et entre les deux il y a Z.D et A.M, âgés respectivement de 23 et 22 ans. Quittant, un peu tôt, les bancs de l’école, ils partageaient le même rêve : aller au-delà de la Méditerranée, vers l’eldorado.

Certes, ils pensent à l’émigration clandestine, mais ils ne disposent pas de l’argent nécessaire pour payer leurs places dans une barque de la mort. Comment peuvent-ils se procurer cet argent ? En travaillant dignement et honnêtement ? C’est se donner beaucoup de peine pour rien, pensent-ils. Le plus court chemin et le plus facile, pour eux, est de délester les passants de leurs biens.

Originaires de la ville de Fès, c’est là qu’ils vont commettre leurs agressions contre leurs victimes, les menaçant avec des couteaux et leur subtilisant tout ce qu’elles portent sur elles. Après quoi ils se partageaient le butin. Une partie de l’argent leur servait à se procurer leur dose de haschich et de boissons alcoolisées alors qu’ils épargnaient l’autre partie pour réaliser leur projet commun.

Mais au fil des jours, les quatre voyous ont remarqué qu’ils n’arrivaient pas encore à amasser l’argent suffisant pour aller à Tanger et payer le propriétaire d’une barque qui va les conduire vers l’autre rive de la Méditerranée. C’est pourquoi ils ont décidé de réaliser un gros coup qui pourra leur rapporter ce dont ils ont besoin : effectuer un hold-up dans une bijouterie.Les quatre voyous commencèrent la préparation de leur coup.

Ils localisent leur cible et décident de se déplacer à bord d’un 4×4 appartenant au frère de l’un d’eux. Enfin, ils fixent la date et l’heure de l’opération. Un vendredi, vers 19 h 30, ils arrivent à bord de leur véhicule au quartier Narjisse. L’un d’eux descend et se rend vers la bijouterie ciblée. Il y rentre et converse quelques secondes avec le bijoutier.

Tout d’un coup, deux des trois autres jeunes le rejoignent. Armés de couteaux, ils arrivent à immobiliser le bijoutier. Ils mettent la main sur deux kilos de bijoux et 800 mille dirhams avant de prendre la poudre d’escampette à bord de la voiture qu’ils abandonnent ensuite dans la région de Ouislane pour prendre, enfin, l’autocar à destination de Meknès.

Alertée, la police prend l’affaire en main. Les investigations leur permettent de repérer la 4×4. Au début du mois courant, quand les quatre voyous sont arrivés pour récupérer la voiture, les policiers les arrêtent, les soumettent aux interrogatoires et les traduisent devant la justice.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *