Pour un joint, il tue son ami

Pour un joint, il tue  son ami

«C’était mon ami», affirme Fettah, qui n’arrive pas à retenir ses larmes. Mais, le président de la Cour ne semble pas le croire. Il l’examine curieusement et l’interroge ensuite: «Il était ton ami ?». Le mis en cause garde le silence et baisse sa tête. Mais, ses amis et ses voisins qui viennent, ce jour de novembre, pour assister à l’examen de cette affaire confirment que ce meurtrier et la victime étaient vraiment des amis très intimes. En chômage, ils étaient toujours ensemble, même quand ils étaient encore des écoliers, ils ne se séparaient jamais, nous expliquent leurs proches.
Nous sommes dans la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Fettah, âgé de vingt-huit ans, s’est retrouvé sans profession dès qu’il a été viré du collège. L’un de ses camarades de classe qui est venu assister à son affaire affirme que «Fettah était un bon élève, il n’a changé que lorsqu’il s’est mis en relation avec Aziz. Il a commencé à fumer et parfois des joints. Mais jamais il n’a été violent, ni agressif».
Aziz, c’est la victime, il avait le même âge que Fettah. Contrairement à ce dernier, il était très agressif, cruel, bagarreur, sans pitié. C’est du moins ce que racontent les voisins. Aziz était un repris de justice qui a purgé deux peines d’emprisonnement pour coups et blessures à l’arme blanche.
«J’ai acheté un morceau de haschich. Aziz était chez lui», commence à expliquer Fettah sur le mobile de son crime de meurtre. Contrairement à d’autres mis en cause qui se sont succédé à la barre, Fettah a tout avoué, mais avec regret. Il n’a à aucun moment essayé de se disculper.
«Quand Aziz m’a rejoint, il m’a demandé de lui donner un joint. Je lui ai expliqué que je ne disposais que de ma dose», précise Fettah qui ajoute que Aziz lui a craché en plein visage. Hors de lui, Fettah a de son côté craché sur le visage d’Aziz qui n’a pas pu se retenir et s’est mis à asséner des coups de poing à Fettah. En fait, tous les deux ont perdu tout contrôle. «C’était la première fois qu’on est arrivé à ce stade», affirme Fettah à la Cour. Aziz qui était plus costaud est arrivé à bien rosser Fettah qui a fui vers chez lui et en est revenu avec un couteau. Quelques minutes plus tard, il a asséné deux coups de couteau mortels à son ami Aziz et ainsi mis fin à sa vie.
Verdict : 15 ans de réclusion criminelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *