Pour un paquet de cigarettes, un malfrat tue son ami

Pour un paquet de cigarettes, un malfrat tue son ami

Hassan n’était pas à sa première comparution devant la justice. Il était à sa quatrième. Déjà à son dix-huitième printemps, il a purgé sa première peine d’emprisonnement de trois mois pour trafic de drogue. Deux ans plus tard, il a écopé de dix-huit mois de prison ferme pour complicité d’un vol qualifié. Sa troisième comparution devant la justice lui a coûté trois ans de prison ferme pour avoir été impliqué dans une affaire de constitution d’une bande de malfaiteurs, vol qualifié et coups et blessures à l’arme blanche.
Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. La salle d’audience était archicomble ce jour du mois courant.
Hassan était déjà au box des accusés. C’est pour la quatrième fois durant sa trentaine d’années. Seulement, cette fois-ci, il est accusé d’avoir tué un jeune homme de son quartier. Le châtiment serait, certainement, lourd.
Croisant ses bras , il attendait qu’il soit interrogé par le président de la Cour. Portant un tricot bleu, une jaquette en cuir marron, un pantalon blue-jeans et des sandales de couleur bleue, il semblait être serein, tranquille et plus ou moins à l’aise. C’était, sans aucun doute, le fruit de ses expériences derrière les barreaux.
En fait, dès qu’il a été relâché, après avoir purgé sa première condamnation, il est devenu plus cruel et plus violent comme s’il n’a plus de cœur. Sans pitié, il malmenait et assaillait ses victimes. Il a purgé la deuxième et la troisième peines d’emprisonnement. Pas de rééducation. Au contraire, il devenait à chaque fois plus agressif et plus cruel que la précédente. C’était comme s’il ingurgitait à chaque fois une dose de violence et de cruauté de plus. Sa vie était partagée entre l’alcool, la drogue et les agressions. Il partageait cette vie sombre avec d’autres malfrats dont la victime. Celle-ci s’appelait Redouane. À son vingt-huitième printemps, il était déjà à son troisième antécédent judiciaire. À chaque fois, il était mis en taule pour les mêmes motifs : vol, consommation de drogue et coups et blessures à l’arme blanche.
À l’instar de la plupart des malfrats, Hassan et Redouane n’ont pas dépassé le niveau primaire. Ils se sont retrouvés tôt en compagnie de malfrats en train d’apprendre le b.a-ba de la criminalité. Tous deux étaient même membres de la même bande de malfaiteurs. Qu’est-ce qui leur est arrivé pour arriver à la discorde ?
Hassan et Redouane se tenaient, depuis 17 h, dans un coin de leur quartier et s’enivraient. Ils avaient déjà avalé quelques comprimés psychotropes. Bref, ils ont déjà perdu les pédales.
Au fil des verres de vin rouge, Hassan a mis sa main dans sa poche. C’était comme s’il cherchait quelque chose qu’il n’a pas trouvée. Il a écarquillé ses yeux avant de fixer son ami, Redouane. Celui-ci lui a demandé ce qu’il cherchait.
«Mon paquet de cigarettes», lui a répondu Hassan.
Redouane ne lui a rien dit. Il a ingurgité son verre de vin rouge. Hassan s’est approché de lui. Il lui a demandé de lui remettre son paquet de cigarettes. Redouane lui a expliqué qu’il ne lui a rien subtilisé. Hassan n’a pas cru ses paroles. Il l’a giflé. Redouane est tombé par terre. Hassan qui était sous l’effet de comprimés psychotropes et d’alcool a sorti un couteau et lui a donné un coup au niveau du côté gauche de sa poitrine. Redouane a rapidement rendu l’âme. Un acte criminel qui a coûté à Hassan quinze ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *